L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Campagne pour moins de somnifères et de calmants: une belle initiative!

27 février 2018
Thérapeute au lieu de somnifères

27 février 2018
La Ministre De Block a lancé une campagne pour lutter contre la surconsommation de somnifères et de calmants dans notre pays, initiative que nous ne pouvons qu’applaudir.

La Belgique détient le record de consommation de somnifères et de calmants avec plus de 1,25 million de doses par jour. Grâce à la campagne Somnifères et calmants, pensez d’abord aux autres solutions, la ministre de la Santé publique Maggie De Block souhaite conscientiser tant les prestataires de soins que leurs patients sur les risques encourus et promouvoir des alternatives moins nocives pour la santé.

Uniquement en dernier recours

Si les somnifères et calmants peuvent s’avérer utiles pour certaines personnes dans des situations bien déterminées, ils ne devraient être pris qu’en complément d’un traitement non-médicamenteux, à dose limitée et contrôlée, pour une durée ne dépassant pas une semaine.

De nombreux patients souffrant d’anxiété, de stress ou d’insomnie prennent malheureusement ces médicaments comme unique traitement, à long terme par-dessus le marché. Ce qui est loin d’être sans risque. Les somnifères et calmants les plus consommés que sont les benzodiazépines entraînent en effet une accoutumance, voire une dépendance, après seulement deux semaines. D’autres effets secondaires viennent d’ailleurs s’y ajouter, comme des troubles de la mémoire et de la concentration, de la confusion, un risque accru de chutes chez les séniors, etc. 

En avril 2015, nos enquêteurs anonymes se sont présentés chez des médecins en se plaignant de troubles du sommeil. Un grand nombre de ces praticiens leur ont, semble-t-il, immédiatement prescrit des somnifères. Le traitement médicamenteux devrait être le dernier recours en cas d’insomnie. Pourtant, près de 69 % de nos « patients » sont ressortis du cabinet du médecin consulté avec, en poche, une prescription pour un benzodiazépine.

De plus petites boîtes

Les médecins doivent commencer par chercher les causes possibles d’un trouble du sommeil et prodiguer des conseils en vue d’y remédier. Mme De Block examine la possibilité de réduire le nombre de pilules par emballage pour que de plus petites boîtes soient mises en vente. Sachant que les benzodiazépines peuvent provoquer une dépendance au bout de 15 jours, les vendre en conditionnements de 20 n’est en effet pas nécessaire.

Les médecins devraient, par ailleurs, proposer davantage de solutions alternatives avant de se tourner vers les médicaments. « Une alimentation saine, suffisamment d'exercice, des habitudes de sommeil régulières, assez de détente et un rythme de travail équilibré : voilà les meilleurs remèdes contre les troubles du sommeil, le stress ou l'anxiété. », souligne Mme De Block. « Les somnifères et les calmants n'offrent pas de solution durable, ils agissent uniquement sur les symptômes ». 

Importance d’une bonne hygiène du sommeil

Le manque ou la mauvaise qualité du sommeil peuvent provoquer ou aggraver certains problèmes de santé. Notre guide pratique Bien dormir - Comprendre et vaincre les troubles du sommeil vous ouvre les yeux sur les bonnes habitudes de sommeil et insiste sur l’importance d’une bonne hygiène du sommeil. Retrouvez-y également de nombreuses astuces pour mieux dormir.

 EN SAVOIR PLUS SUR LE GUIDE PRATIQUE

 

 

Imprimer Envoyer par e-mail