News

Les prix élevés des vaccins contre le corona de BioNTech/Pfizer et Moderna confirment la nécessité d'une plus grande transparence.

21 décembre 2020

Le tweet très controversé de la secrétaire d'État De Bleeker sur les prix des vaccins contre la corona a révélé la stratégie de l'industrie pharmaceutique. Cela a montré comment BioNTech/Pfizer et Moderna en particulier tentent de tirer deux fois plus d'argent de la pandémie, aux dépens du contribuable. Nous exigeons plus de transparence.

Le manque de transparence entourant les prix des vaccins contre le corona est une source d'irritation depuis un certain temps déjà. Elle mine la confiance du public dans la stratégie de vaccination du gouvernement. Toutefois, cette confiance est cruciale. De plus, les citoyens contribuent au développement, à la production et à l'achat des vaccins par le biais de leurs impôts. Pourtant, jusqu'à présent, la question de savoir comment cet argent était exactement dépensé est restée bien mystérieuse.

Le contribuable est le pigeon

Une partie de l'écran de fumée a été brièvement soulevée par le tweet de la secrétaire d'État De Bleeker, maintenant retiré. Nous avons vu des prix très abordables pour le vaccin de l'université d'Oxford/AstraZeneca et pour celui de Johnson & Johnson. Un contraste saisissant avec les prix pratiqués par BioNTech/Pfizer et Moderna, qui veulent clairement faire des bénéfices sur le dos du public en période de pandémie. Et cela bien qu'une partie importante du développement et de la production, et dans le cas du vaccin de Moderna même presque tout, ait été payée avec l'argent public. Le contribuable sera donc la victime : il paie déjà pour aider à développer et à produire le vaccin, et devrait encore payer pour les marges bénéficiaires importantes que certaines sociétés pharmaceutiques visent.

Un besoin urgent de plus de transparence

Il y a deux mois, nous avons demandé à avoir accès aux contrats relatifs aux vaccins contre la corona, précisément parce que nous voulions savoir, entre autres, si des prix équitables étaient pratiqués. L'agence des médicaments et le ministre de la santé Vandenbroucke ont refusé sans donner d'explication concluante. Logique, car il n'y en a pas non plus. Le public a droit à une plus grande transparence, quelle que soit la manière dont on la tourne. De Bleeker a clairement ressenti la même chose avant d'être rappelée à l'ordre.

Il n'en reste pas moins que nous nous posons de nombreuses questions sur la manière dont l'argent public a été dépensé pour combattre le coronavirus. Par exemple, la Commission européenne a mis sur la table pas moins de 2,7 milliards d'euros comme une sorte de pré-investissement. Combien d'argent chaque entreprise a-t-elle reçu de ce programme ? Et les entreprises qui indiquent qu'elles fournissent les vaccins à prix coûtant : de quelle manière vont-elles apporter des éclaircissements sur leurs coûts réels ? Pendant combien de temps seront-ils disposés à payer et des accords ont-ils été conclus sur la fixation ultérieure des prix ? Les citoyens veulent également savoir quelles sont les réglementations applicables en matière de responsabilité pour les effets secondaires qui ne sont pas encore connus au moment de la mise en œuvre du vaccin.

Avec 38 autres organisations à travers l'Europe, nous avons envoyé une lettre commune à la Commission européenne et aux différents États membres pour exiger une plus grande transparence sur les détails des contrats relatifs aux vaccins contre le corona. Car sans transparence, il n'y a pas de confiance. Et sans confiance, il faudra encore plus de temps pour se débarrasser du virus.

Si vous voulez en savoir plus sur les vaccins contre le corona, n'hésitez pas à lire notre dossier sur le sujet.

Vers notre dossier sur les vaccins corona