News

1 étude sur 5 concernant les médicaments ne respecte pas l’obligation de transparence

20 janvier 2022
pilules et médicaments

Lorsque des essais cliniques portant sur des médicaments prennent fin, il convient d’en communiquer les résultats. Pourtant, selon l’étude à laquelle nous avons participé, ce n’est pas toujours le cas. Pourtant, cette communication est essentielle pour pouvoir rassembler toutes les informations disponibles sur les médicaments.

Les promoteurs d’essais cliniques de médicaments sont tenus d’enregistrer les résultats de leurs études dans la base de données européenne EudraCT endéans les douze mois. Mais en pratique, cette étape passe souvent à la trappe. Les recherches menées par TranspariMED en collaboration avec Test Achats, Kom op tegen Kanker et Cochrane Belgique montrent qu'environ 21 % des essais cliniques achevés n'y figurent pas.

Résultats d’études trop souvent absents

Ce pourcentage de 21 % est probablement largement sous-estimé, car même le statut de nombreuses études n'est pas correctement mis à jour. Les études terminées et non publiées dans la base de données sont donc beaucoup plus nombreuses.

L'étude a porté sur les neuf plus grands promoteurs belges non commerciaux (il s’agit principalement d’universités) pour la réalisation d'essais cliniques. C’est la troisième fois que nous examinons dans quelle mesure ces promoteurs respectent les obligations de transparence. Nos actions portent clairement leurs fruits. Certains promoteurs (EORTC, KU Leuven, CHU Brugmann, Cliniques universitaires Saint-Luc) sont aujourd’hui (presque) complètement en ordre. La plupart des autres promoteurs font des progrès, mais à des rythmes différents et des efforts supplémentaires sont nécessaires (l’Université de Gand, suivie de la VUBrussel, de l'Université libre de Bruxelles et de l'Université d’Anvers). Seul le CHU de Liège reste en ordre sans résultat d'étude. 

Encore du pain sur la planche

Les progrès sont encourageants, mais il y a encore du pain sur la planche. Par exemple, des dizaines d'études sont enregistrées comme étant toujours en cours et ne publient donc aucun résultat, alors qu’elles sont en fait terminées depuis longtemps. Il est essentiel que toutes les informations soient rendues disponibles. Ce n'est que lorsque les résultats de tous les essais cliniques sont publiés que les médecins peuvent évaluer la valeur réelle d'un médicament et de déterminer ainsi quel médicament convient à leurs patients. Ces informations sont également importantes pour la poursuite de la recherche de nouveaux traitements.

Nous exhortons donc, avec Kom op tegen Kanker et Cochrane Belgique, toutes les universités à remplir pleinement leurs obligations. L’année dernière, l’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) s’est efforcée de rappeler aux promoteurs leur obligation de transparence. Nous demandons à l'AFMPS de mieux surveiller le statut des essais cliniques et de continuer à contrôler et à sanctionner les promoteurs si nécessaire.