L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA

Suplasyn

25 septembre 2019 Déconseillé
Suplasyn
25 septembre 2019 Déconseillé

Vous souffrez de douleurs articulaires dues à l’arthrose ? Selon la notice d'instruction, les symptômes s'atténueront si votre médecin vous fait une injection d'Ostenil dans la cavité articulaire. Mais nous déconseillons ce produit. 

Le Suplasyn est commercialisé par la firme en tant que dispositif médical.

La substance active est l’hyaluronate de sodium (20 mg/2 ml).

Selon la firme, ce produit est indiqué pour le traitement des symptômes de l’arthrose.

Prix indicatif

Suplasyn solution stérile d’hyaluronate de sodium pour injection intra-articulaire (1 seringue pré-remplie de 20 mg/2 ml) : 42 €

Notre avis

Pourquoi déconseillons-nous le Suplasyn ?

Les études cliniques auprès de patients ne démontrent pas de manière convaincante que des injections d’hyaluronate seraient plus efficaces que des injections d’un placebo.

En outre, il existe un risque accru d’effets secondaires au niveau du point d’injection (douleur, gonflement, rougeur, par exemple) ou de l’organisme tout entier (fièvre, effets cardiovasculaires, par exemple).

Une fois qu'un produit est sur le marché, il n’est pas facile d’effectuer le suivi des effets secondaires, certainement pour les produits sans ordonnance. Sur ce point, les règles sont plus strictes pour les médicaments que pour les dispositifs médicaux.

S’agit-il bien d’un dispositif médical ?

Selon nous, le Suplasyn ne peut pas être commercialisé en tant que dispositif médical. Certes, la firme assure que son fonctionnement est mécanique : l’injection de la substance active dans le liquide synovial améliorerait la lubrification de l’articulation et permettrait de mieux absorber les chocs.

Mais, selon notre analyse, le produit agit comme un médicament : il a aussi une action chimique sur l’organisme. Tout comme le médicament Hyalgan d’ailleurs, dont la composition et l’indication sont similaires.

Le produit a d’ailleurs toutes les apparences d’un médicament : son emballage porte une indication médicale (arthrose) et il contient un document ressemblant à une notice.

Les firmes apprécient vivement le statut de dispositif médical, qui leur évite de devoir satisfaire aux réglementations bien plus sévères sur les médicaments, et qui leur permet notamment de commercialiser leur produit bien plus simplement et plus rapidement qu’un médicament.

Y a-t-il des règles particulières d’utilisation ?

La notice d’instruction précise que le produit ne convient pas aux enfants ni aux femmes enceintes ou allaitantes, faute d’avoir été suffisamment testé auprès de ce type de patients.

Il ne peut pas non plus être utilisé par des patients présentant une inflammation ou une irritation de l’articulation, en raison du risque accru d’effets secondaires.

Le produit ne peut pas être administré aux personnes hypersensibles à l’un de ses composants.

Existe-t-il une alternative ?

Nous conseillons avant tout une approche non médicamenteuse, comme perdre du poids (si nécessaire) et faire davantage d’exercice (natation, vélo, marche, musculation).

Si vous souhaitez quand même un produit médicamenteux pour soulager les symptômes d’arthrose, mieux vaut prendre un antidouleur à base de paracétamol. Si l’amélioration est insuffisante, des anti-inflammatoires sont indiqués.

Si, malgré le manque de preuves d'efficacité, vous souhaitez toujours avoir une injection d'hyaluronate, nous préférons Hyalgan, car il est enregistré en tant que médicament.

Nos actions

  • Nous avons contacté à la fois la firme qui commercialise le Suplasyn en Belgique et celle qui l’a fait enregistrer en Europe comme dispositif médical, pour leur réclamer des études attestant de l’efficacité et de la sécurité du produit. Mais on s’est borné à nous renvoyer au site en anglais du produit. Nous avons obtenu une réponse sommaire à quelques questions complémentaires.
  • D’autre part, nous avons écrit à la Commission mixte de l’Agence fédérale des médicaments (AFMPS). Cette commission dispense un avis en cas de doute sur le statut d’un produit.