L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA

ViruProtect Coldspray

25 septembre 2019 Déconseillé
Viru Protect Coldspray
25 septembre 2019 Déconseillé

Vous craignez d’attraper un rhume ? A en croire la notice d’instruction du ViruProtect Coldspray, ce spray en réduit le risque. Nous n’en déconseillons pas moins ce produit. 

ViruProtect est commercialisé comme un dispositif médical

Les ingrédients de ce produit sont la trypsine et le glycérol. 

Selon la firme, ce spray réduit le risque de rhume. Il diminuerait également la durée du rhume, s’il est utilisé à un stade précoce de l’infection. 

Prix indicatifs

  • ViruProtect Coldspray 7 ml: 12 €
  • ViruProtect Coldspray 20 ml: 19,95 €

Notre avis

Pourquoi déconseillons-nous le ViruProtect ?

Il n’y a pas de preuve que le ViruProtect réduise le risque d’infection ou sa durée. Il existe bien quelques études cliniques, uniquement chez les adultes, mais de trop faible qualité pour pouvoir en tirer des conclusions fiables. 

En outre, certains aspects de sécurité sont préoccupants. En effet, le produit contient de la trypsine, connue pour sa capacité à digérer des cellules propres et, dans certaines conditions, à activer des virus. C’est par exemple démontré pour le virus qui provoque des boutons de fièvre. La trypsine peut également aggraver l’inflammation de la muqueuse de l’œsophage en cas de reflux gastrique, provoquer de la toux et peut-être un enrouement. En outre, cette substance est susceptible d’interagir avec certains médicaments. La firme ne semble pas avoir évalué cet aspect. Une fois un produit commercialisé, il n’est pas évident de retracer ses effets secondaires, et c’est d’autant moins optimal s’il est vendu sans prescription. Les règles à ce propos sont plus strictes pour les médicaments que pour les dispositifs médicaux. 

Selon la notice d’instruction, le spray peut être utilisé chez des enfants à partir de l’âge de 4 ans. Mais, à l’exception d’un seul cas, il n’y a aucune donnée clinique disponible pour les enfants.

Un essai clinique de plus grande ampleur est en cours chez les adultes. Les résultats ne sont pas encore disponibles. Tant que les résultats de cette étude clinique ne sont pas connus, nous déconseillons ce produit.

S’agit-il bien d’un dispositif médical ? 

Selon nous, le ViruProtect ne peut pas être commercialisé en tant que dispositif médical. Certes, la firme assure que son action est mécanique : ViruProtect déposerait une couche protectrice sur la muqueuse de la bouche et de la gorge. Mais elle ne démontre pas cet effet-barrière. Un tel effet est d’ailleurs particulièrement invraisemblable, vu la composition du produit.

Selon notre analyse, ce produit agit comme un médicament : il a une action chimique sur l’organisme. Il contient en effet de la trypsine, un enzyme qui, chez l’homme, intervient surtout dans la digestion, mais aussi dans certaines interactions entre des cellules. Le produit a d’ailleurs toutes les apparences d’un médicament : il est administré par la bouche, son emballage porte une indication médicale (rhume) et il contient un papier ressemblant à une notice. 

Les fabricants apprécient vivement le statut de dispositif médical qui présente le grand avantage de leur éviter de devoir satisfaire aux réglementations bien plus sévères sur les médicaments, et leur permet notamment de commercialiser leur produit bien plus simplement et plus rapidement qu’un médicament.

Y a-t-il des règles particulières d’utilisation ?

Selon la notice d’instruction, ce produit est indiqué à partir de l’âge de 4 ans. C’est très étonnant dans la mesure où, comme on l’a vu, à l’exception d’un unique cas, il n’existe pas de données cliniques concernant les enfants. 

La firme prévient qu’il n’y a pas de données cliniques disponibles sur l’utilisation du produit pendant la grossesse ou l’allaitement.

Le fabricant déconseille l’usage du ViruProtect en cas d’hypersensibilité ou d’allergie à l’un de ses ingrédients.

Existe-t-il une alternative ?

Un rhume disparaît de lui-même. Le mot d’ordre est donc : patience. Il n’existe pas de médicament qui fasse passer un rhume plus rapidement. Tout au plus certains remèdes peuvent-ils apaiser quelque peu les symptômes. Evitez une automédication exagérée, surtout chez les enfants. 

Nos actions

  • Nous avons contacté le distributeur pour la Belgique, afin de lui réclamer des études attestant de l’efficacité et de la sécurité du produit. Les études que nous avons reçues étaient de piètre qualité. Nous avons adressé différentes questions complémentaires, qui n’ont pas reçu de réponse jusqu’ici. 
  • Parallèlement, nous avons sollicité dès la fin mars 2019 l’avis de la Commission mixte de l’Agence fédérale des médicaments (AFMPS). Cette commission dispense un avis en cas de doute sur le statut d’un produit. Le dossier est toujours en cours de traitement.