L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA

X Slim Max Active

25 septembre 2019 Utilité contestable
X Slim
25 septembre 2019 Utilité contestable

Vous cherchez à maigrir ? A en croire le mode d’emploi du X-Slim Max Active, voilà le produit qu’il vous faut. Mais nous avons des doutes. 

Le X-Slim Max Active est commercialisé en tant que dispositif médical

La substance active est le chitosane, une fibre naturelle qui a des affinités avec les graisses.

Selon la firme, ce produit convient pour le traitement du surpoids. 

Prix indicatif

X Slim Max Active 60 gélules : 44,95 €

Notre avis

Pourquoi jugeons-nous l’utilité du X-Slim Max active contestable?

Les conclusions des études qu’on trouve dans la littérature sur l’efficacité de la substance active chitosane sont contradictoires. L’ Agence européenne de l’alimentation a considéré en 2011 que les compléments alimentaires à base de chitosane ne pouvaient pas se présenter comme un produit amaigrissant. Voilà qui explique sans doute pourquoi la firme ne commercialise pas son produit comme complément alimentaire, mais bien comme dispositif médical. 

Une série d’études, de bonne qualité, mais portant sur un nombre réduit de patients (généralement moins de 100), suggèrent qu’avec du chitosane, certaines personnes peuvent perdre, en un ou plusieurs mois, 0,5 kg environ de plus au total qu’avec un placebo. C’est cliniquement peu significatif. L’efficacité et la sécurité à long terme n’ont pas été étudiées. 

Il ne semble pas y avoir de graves effets secondaires à court terme, mais vous pouvez quand même souffrir de nausées, de constipation et d’autres problèmes stomacaux et intestinaux. 

S’agit-il bien d’un dispositif médical ?

Selon nous, X-Slim Max Active ne peut pas être commercialisé en tant que dispositif médical. En effet, l’action du produit n’est pas mécanique. S’il permet à des personnes de perdre du poids, ce n’est pas en raison du mécanisme décrit par le fabricant. 

Le fabricant affirme que le chitosane se fixe sur les graisses, qui sont ensuite éliminées sans être digérées. Mais c’est basé sur des études “in vitro” (en éprouvettes). Des études sur l’homme lui-même montrent que l’élimination des graisses est minimale ou inexistante. 

La littérature scientifique évoque de possibles effets pharmacologiques, comme une action sur la leptine, une hormone qui régule l’appétit.

Selon notre analyse, ce produit agit comme un médicament : il a une action chimique sur l’organisme. Il a d’ailleurs toutes les apparences d’un médicament : il est ingéré par la bouche, son emballage porte une indication médicale (surpoids) et il contient un papier ressemblant à une notice. 

Les fabricants apprécient vivement le statut de dispositif médical qui leur évite de devoir satisfaire aux réglementations bien plus sévères sur les médicaments, et leur permet notamment de commercialiser leur produit bien plus simplement et plus rapidement qu’un médicament.

Y a-t-il des règles particulières d’utilisation ?

Dans sa notice d’instruction, le fabricant mentionne une série de contre-indications. Le produit ne peut pas être pris pendant la grossesse et l’allaitement, pour ne pas compromettre l’absorption de nutriments importants par l’enfant à naître ou par le nourrisson.

Il précise également que le produit ne peut pas être utilisé en cas de problèmes graves du système gastro-intestinal (maladie de Crohn, polypes intestinaux).

Il ne peut pas non plus être utilisé en cas de sous-poids (indice de masse corporelle inférieur à 18,5). Le mode d’emploi ne dit rien sur les personnes de poids normal (entre 18,5 et 25).

Le fabricant souligne également que le produit n’est pas indiqué pour les nourrissons et les jeunes enfants (ce qui nous paraît aller de soi) et que les enfants et les adolescents ne peuvent le prendre qu’en concertation avec un médecin (alors que le produit n’a pas été testé sur les enfants). 

Existe-t-il une alternative ?

Pour traiter le surpoids, l’essentiel est de combiner une alimentation saine et équilibrée avec de l’exercice physique. 

Les médicaments n’ont que peu de place dans cette approche ; ils ne contribuent que dans une faible mesure à la perte de poids. 

Nos actions

  • Nous avons contacté la firme pour lui réclamer des études attestant de l’efficacité et de la sécurité du produit. Nous avons reçu une série d’études sur certains effets du chitosane. Mais elles n’étaient guère convaincantes.
  • Nous avons également écrit à la Commission mixte de l’Agence fédérale des médicaments (AFMPS). Cette commission dispense un avis en cas de doute sur le statut d’un produit.