Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Crédit hypo : TA appelle à la souplesse et aux autorités pour des mesures urgentes et structurelles

19 mars 2020

L’épidémie de coronavirus va immanquablement impacter les finances des ménages. Pour certains, qui ont contracté un prêt hypothécaire, il sera parfois difficile, voire impossible, de payer les mensualités dues. A ceux-là, nous recommandons de prendre contact le plus rapidement possible avec leur banque. Pour éviter des intérêts de retard, voire une inscription dans le volet négatif contenant les défauts de paiement de la Centrale des crédits aux particuliers.

Pistes de solution que TA propose :

A court terme :

  1. Si vos soucis financiers sont passagers, une suspension temporaire du remboursement du capital (vous ne remboursez que les intérêts pendant cette période) est envisageable. Précisions importantes : vous ne pourrez bénéficier de cette suspension qu’un certain nombre de fois (deux par exemple) au cours du crédit; et sa durée est souvent limitée, par exemple à 6 mois.
  2. Si les soucis perdurent, vous pouvez diminuer le montant des mensualités grâce à un allongement de la durée du prêt. Soit via une modification du prêt existant, soit via la conclusion d’un nouveau prêt (refinancement). "Nous déplorons que, dans certaines banques, la première formule soit moins souvent proposée que la seconde", indique Yves Evenepoel, notre expert prêts hypothécaires. "Mais le refinancement leur permet de compter plus de frais..." Notons que sans refinancement, l’allongement est souvent limité, par exemple à 5 ans, et il n’est parfois possible que pour les prêts à taux variable.

A long terme :

Diminuer structurellement les frais de refinancement ! En Belgique, ces frais sont en moyenne 13 fois plus élevés qu’en moyenne européenne soit près de 6000€ (pour un prêt d’un montant de 170.000€) alors que c’est de l’ordre de 500€ dans les pays voisins, voire gratuit en Grande-Bretagne. TA est prête à en discuter avec les autorités et avait d’ailleurs lance une pétition dans ce sens qui avait récolté près de 10.000 signatures ...

Néanmoins, TA demande directement aux autorités d’imposer la souplesse en préconisant les solutions de court terme ci-dessus mentionnées.

Conseils et outils

En tout état de cause, ne signez rien trop vite. Demandez, pour chaque piste de solution qui vous est soumise, une simulation écrite où figure la nouvelle mensualité incorporant les différents frais (indemnité de remploi, frais de dossier, de notaire…).

A ceux qui n’ont encore pas de prêt mais envisagent d’en contracter un, nous rappelons l’existence de notre comparateur prêts hypothécaires qui permet de débusquer les meilleures offres sur www.testachats.be

 

TA au service des consommateurs : 0800 29 510

 

Pour les questions d’annulation, de remboursement et autres questions pratiques, conséquences de la crise, TA a ouvert une ligne spéciale pour permettre aux consommateurs d’être orientés vers des réponses concrètes et pratiques. Le cas échéant, pour une prise en charge de dossiers, il sera proposé au consommateur de devenir membre et de confier son dossier aux juristes de l’association.

Par ailleurs, d’autres questions notamment de santé publique ou de la vie quotidienne sont également traitées sur la plateforme www.testachats.be/corona.