News

Phishing: les banques traînent les pieds

13 juillet 2021

Dans le cadre de la lutte contre le hameçonnage, nous avons contacté différentes banques belges, afin de connaître les mesures mises en place pour protéger les consommateurs. Malheureusement, ces dernières ne semblent pas enclines à nous apporter des éléments de réponses concrets. 

Selon notre dernière enquête réalisée en juin dernier auprès de 1303 consommateurs belges, 80% des personnes interrogées  déclarent avoir déjà été approchées par des hameçonneurs depuis le début de l’année 2021. En cause notamment, la crise sanitaire qui a fait exploser le e-shopping, offrant un terrain de jeu rêvé aux cybercriminels.

Nous avons voulu savoir quelles actions les banques comptaient mettre en place pour lutter contre le phishing. Découvez lesquelles ont répondu à nos sollicitations dans notre dernière vidéo : 

 

Ainsi, selon Febelfin, 67 000  transactions frauduleuses consécutives à du hameçonnage ont été recensées  l’an dernier pour un montant de 34 millions d’euros. Plus de 60% des personnes interrogées et hameçonnées ont bloqué l’expéditeur et 37% ont contacté les autorités compétentes.

Pourtant, 18,3% n’ont rien fait suite à la tentative de phishing. En effet, elles estiment que cela est inutile (31%) ou ne savent pas vers qui se tourner (28%). Or les organismes visés, et notamment les banques ont un rôle à jouer dans la lutte contre le phishing en informant mieux en amont leur clientèle. 

Consultez notre dossier phishing pour en apprendre plus sur ces méthodes frauduleuses et comment vous en prémunir  : 

Vers notre dossier phishing

Face à ce fléau, quelles solutions ? 

En effet, parmi les domaines d’activités les plus touchés, le secteur bancaire ne fait pas figure d’exception. C’est la raison pour laquelle nous avons tenu à le  solliciter afin de savoir quelles étaient les pratiques mises en place pour prévenir le hameçonnage et protéger les intérêts des consommateurs. Malheureusement, les banques n’ont pas fourni d’éléments de réponses suffisants. En effet, celles-ci ne souhaitent communiquer aucun chiffre quant à la proportion de clients impactés par cette nouvelle forme de criminalité, de même qu’elles ne veulent pas aller vers plus de transparence concernant de possibles solutions pour limiter les conséquences sur leurs clients.

Aucune n'a répondu à notre questionnaire, la plupart préférant nous rediriger vers Febelfin, la fédération belge du secteur financier. Malheureusement, celle-ci ne s'est pas montrée plus ouverte à communiquer de manière transparente sur les chiffres et les mesures mises en place par le secteur pour contrer ce fléau que constitue le phishing.

Malgré les “différentes formes” de phishing existantes, Febelfin nous a confirmé aller vers une évolution en faveur des consommateurs, notamment grâce à la “coopération” entre les banques. Or, des solutions techniques, comme le IBAN check, existent, notamment aux Pays-Bas. Mais côté belge, on ne semble pas vouloir investir cette piste. Selon Febelfin, cette solution réclamerait "beaucoup d'investissement pour assez peu de résultat". Ce n'est évidemment pas notre avis…

Vous voulez que les banques vous protègent mieux ? Faîtes-nous savoir quelle solution vous préférez en répondant à notre questionnaire : 

VERS NOTRE QUESTIONNAIRE PHISHING

 

 

 

 
User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

Commentaires

Soyez le premier à commenter