News

Télécoms : le tarif social automatique, une bonne nouvelle pour 450 000 familles

07 janvier 2022
un homme visiblement tracassé examine sa facture télécoms

La réforme des tarifs sociaux pour les télécommunications que nous réclamons depuis des années va enfin débarquer. Les montants des tarifs sociaux actuels datent de… 2005 ! Ils n’ont en outre jamais été indexés malgré les hausses de prix quasi annuelles. Mais ça va bientôt changer.

Nous ne pouvons que nous réjouir du projet de loi de Petra De Sutter, la ministre des Télécommunications et de la Poste, qui va permettre de réduire la fracture numérique en Belgique. Près de 10 % des Belges n'ont en effet toujours pas accès à Internet. La frange de la population aux revenus les plus faibles est particulièrement touchée. L'attribution automatique du tarif social est un premier pas dans la bonne direction. Cette réduction sur la facture mensuelle va en effet représenter une différence substantielle pour les 450 000 ménages qui ont droit au tarif social mais qui ne l'utilisent pas, faute de le savoir.

Nous estimons cependant que les tarifs proposés, et le plafond fixé à 11,50€ qui l'accompagne, ne vont pas assez loin. Un système tarifaire différent aurait, selon nous, un impact plus important sur la facture télécoms de ces personnes, tout en permettant de réduire davantage encore la fracture numérique.

Tarifications alternatives

Nous proposons trois alternatives à la tarification :

  • Une rétroactivité de l'indice santé annuel de 8,40 € par mois sur le plafond maximal de 2005 permettrait d’atteindre un plafond maximal supérieur à 15€ par mois.
  • Appliquer la même méthodologie qu'en 2005 - soit 50 % du coût actuel de l'abonnement à une ligne téléphonique fixe chez Proximus (ex-Belgacom) - et l'utiliser comme plafond maximal. Le coût actuel de l'abonnement est de 24,63 €, le plafond maximum serait dès lors de 12,32 €.
  • Dans le calcul de réduction du tarif social, l’abonnement à Internet devrait être plus important que le coût de l'abonnement au téléphone fixe, qui est de moins en moins utilisé. L'IBPT (l'Institut belge des Services postaux et des Télécommunications) publie chaque année les chiffres dits de « revenu moyen par client » (« Average Revenue Per User » ou ARPU). Ceux-ci montrent combien un consommateur moyen rapporte dans les différents segments. En 2020, ce montant pour les utilisateurs qui n'ont que des abonnements individuels (téléphonie fixe, Internet ou télévision) et non des forfaits s'élevait à 31,50 € par mois. Si nous appliquons à ce chiffre la réduction de 50% de 2005, nous arrivons à un plafond maximal de 15,75 €.

Ces alternatives de tarification soutiendraient davantage, selon nous, les ménages qui en ont réellement besoin.

Comment économiser sur votre facture télécoms ?

Bien que le secteur puisse prétendre qu'il n'y a guère de marge pour attribuer des tarifs sociaux, il existe clairement des possibilités d'avoir un impact plus important sur le pouvoir d'achat des consommateurs. L'automatisation de l'allocation et l'indexation demeurent, selon nous, les aspects essentiels de cette réforme. Mais nous travaillons également à ce que l'impact sur le portefeuille des utilisateurs individuels et des familles soit le plus grand possible.

Il est par ailleurs important d'orienter les consommateurs vers l'abonnement qui répond le mieux à leurs besoins réels, et au prix le plus avantageux. Il faut que les opérateurs informent eux-mêmes leurs clients s'ils peuvent leur proposer une alternative moins chère, mais aussi que de leur côté, les consommateurs recherchent de manière proactive la formule la plus intéressante financièrement. Nous y contribuons déjà via notre comparateur des tarifs télécoms. N’hésitez pas à vérifier par vous-même si votre abonnement actuel est le plus avantageux pour votre consommation et, si ce n'est pas le cas, passez à un tarif plus intéressant.

Notre comparateur des forfaits télécoms