Communiqué

La pétition de Test Achats pour la refonte de la facture d’énergie dépasse les 50.000 signatures

17 février 2022

La pétition lancée par Test Achats à la fin de l'année dernière dans le contexte des prix élevés de l'énergie a entre-temps dépassé les 50.000 signatures. Avec le soutien des citoyens, l'organisation de consommateurs demande qu'une réforme structurelle de la facture énergétique soit enfin mise en œuvre.

Jusqu'à 5.530 euros par an pour un besoin de base

Selon les chiffres de la CREG, le régulateur fédéral de l'énergie, toute personne ayant souscrit un contrat fixe pour le gaz et l'électricité en janvier paiera environ 5.530 euros par an pour ce qui est en réalité un produit de première nécessité : le chauffage et l'éclairage. “Du jamais vu !”, déplore Test Achats. "Un tel prix annuel correspond à une dépense mensuelle de 460 euros. C'est bien au-delà de ce que de nombreux consommateurs peuvent assumer", déclare Julie Frère, porte-parole de l'organisation de consommateurs. Test Achats craint que l'explosion actuelle des tarifs ne mette de très nombreux consommateurs dans de graves difficultés financières.

Fort tard et fort limité

Test Achats reconnait que, bien que tardivement, le gouvernement a néanmoins pris des mesures pour venir en aide aux ménages. Mais la réduction temporaire de la TVA qui a été décidée et le chèque énergie de 100 euros ne sont que des sparadraps. "Une économie de 65 euros répartie sur quatre mois, ainsi qu'un chèque énergie de 100 euros, c'est très peu quand on sait que les factures d'énergie peuvent facilement s'élever à plusieurs centaines d'euros par mois", précise Julie Frère, de Test Achats. "En outre, le chèque-énergie favorise de nombreux groupes de notre société qui n'ont pas besoin d'aide pour payer leurs factures", ajoute-t-elle.

50.000 personnes

Une réforme structurelle de la facture énergétique, surtout axée sur la facture d’élecricité est un combat de longue date de Test Achats. Afin de donner plus de poids à ses demandes, l'organisation de consommateurs a lancé une pétition, qui a entre-temps été signée par plus de 50.000 personnes. Étant donné qu’un peu plus de la moitié de la facture totale est actuellement constituée des tarifs de distribution, des tarifs de transport, des taxes, des redevances et de la TVA, le gouvernement a un rôle majeur à jouer à cet égard, souligne Test Achats. "Les taxes ne devraient pas être prélevées sur ce qui est un bien de première nécessité pour tous et pour lesquelles la facture ne fait aucune distinction entre les hauts et les bas revenus", conclut Julie Frère.

 

www.testachats.be/energyguide/petition