Communiqué

Test Achats s’inquiète de l’appauvrissement de l’offre de contrats sur le marché de l’énergie

05 janvier 2022

En raison des prix exceptionnellement élevés de l’énergie, de plus en plus de fournisseurs cessent de proposer des contrats fixes. Les consommateurs se retrouvent donc liés par des contrats variables, pour lesquels ils supportent seuls la charge des hausses de prix. Ces contrats sont par ailleurs illisibles et dès lors incompréhensibles pour les consommateurs, qui ne parviennent pas à les comparer entre eux, se retrouvant parfois liés par un contrat trop cher. Test Achats demande instamment aux responsables politiques de prendre des mesures pour que la facture énergétique reste abordable et rappelle la pétition qu’elle a lancée à cette fin et qui a déjà recueilli plus de 38 000 signatures.

Prix records

Toute personne ayant aujourd'hui un contrat d'énergie variable ou devant renouveler son contrat fixe arrivant à échéance paie des sommes sans précédent. En décembre, le marché de gros a connu un record de prix après l'autre.  La CREG a calculé que pour une consommation moyenne d'électricité et de gaz, cela représente déjà quelque 1 400 euros supplémentaires sur une base annuelle. Mais si les augmentations se poursuivent jusqu'en juin 2022, cela pourrait encore augmenter jusqu'à environ 3 000 euros supplémentaires ! Des montants effrayants qui mettront de nombreuses familles en difficulté financière, alors que la précarité énergétique touche déjà de nombreux ménages.

Offre réduite

A côté de ces prix records, liés notamment à la reprise de l’activité économique, l’offre des fournisseurs d’énergie se réduit. En septembre de l'année dernière, Test Achats s’inquiétait déjà du fait que plusieurs fournisseurs suspendaient temporairement leurs offres de tarifs fixes. Aujourd'hui, l’organisation ne peut que constater que cette tendance s'est poursuivie : il n'y a pratiquement plus de plans tarifaires fixes sur le marché de l'énergie. Des acteurs majeurs comme Engie, Luminus et maintenant Eneco ont également décidé de ne plus les proposer pour le moment ou de ne plus les promouvoir activement. Les fournisseurs d'énergie pointent du doigt les fortes augmentations de prix sur les marchés de gros comme en étant la cause. Ainsi, il ne serait plus intéressant pour un fournisseur de proposer des prix fixes, car le risque est trop grand, notamment parce que l'on s'attend à ce que les consommateurs changent en masse de fournisseur lorsque les prix baisseront à nouveau. Le fournisseur se retrouve alors avec l'énergie qu'il a achetée à l'avance aux prix d'aujourd'hui.

Non à l’indemnité de résiliation !

Les fournisseurs d'énergie se saisissent de l’occasion pour demander la réintroduction des frais de résiliation lorsqu'un contrat à prix fixe est résilié prématurément par un consommateur. « Nous nous opposons fermement à cette proposition » déclare Julie Frère, porte-parole de Test Achats, « nous sommes bien conscients que la crise énergétique actuelle frappe durement les fournisseurs, mais elle touche encore plus durement les consommateurs. La réintroduction de restrictions qui empêchent les consommateurs de changer de fournisseur n'est pas la bonne réponse, et constituerait un vrai retour en arrière pour les droits des consommateurs. Nous demandons aux Ministres responsables de ne pas céder sur ce point ! ».

Des paramètres uniformes d’indexation svp !

Le fait que les consommateurs n’aient désormais plus d’autre choix que celui d’opter pour un contrat variable entraîne un autre effet pervers.  Ces contrats indexés sont en effet totalement illisibles et incompréhensibles pour les consommateurs. Ceci rend leur comparaison complexe, avec le risque de rester lié à un contrat qui n’est pas le plus avantageux pour son profil de consommation. D’autres jouent de cette complexité pour apparaître comme le fournisseur le plus avantageux, à l’image de Mega, récemment mis en cause par la CREG. Test Achats demande depuis longtemps l’uniformisation du nombre et de la fréquence des paramètres d’indexation et leur contrôle afin de rendre le marché plus transparent et la comparaison plus facile. Vu la quasi-disparation des contrats fixes du marché, cette demande devient prioritaire. L’organisation met par ailleurs à disposition de tous et toutes ses outils de comparaison et un numéro de téléphone spécial pour les questions liées à l’énergie : 0800 504 50.

Des mesures politiques doivent être prises

Test Achats continue à demander des mesures politiques pour soutenir davantage les familles, notamment une baisse temporaire de la TVA à 6 % sur une consommation de base. De façon plus structurelle, Test Achats demande de cesser de traiter la facture d’électricité comme une feuille d’impôt, la rendant parmi les plus chères d’Europe. La pétition lancée par l’organisation de consommateurs à ce sujet a déjà récolté plus de 38 000 signatures. Test Achats a également présenté ses propositions de solutions pour une facture énergétique abordable aux député.e.s lors d'une audition devant la Commission parlementaire de l'énergie à la fin du mois dernier.