Dossier

Comment la ventilation, les capteurs de CO2 et les purificateurs d'air peuvent-ils contribuer à lutter contre le covid?

15 mars 2022
importance d'aérer l'habitation pour diminuer risque de contamination

Le coronavirus se propage surtout par les aérosols en suspension dans l'air. Une bonne ventilation est un moyen efficace de réduire le risque de contamination. Un capteur de CO2 vous aide à déterminer quand et dans quelle mesure vous devez aérer. Un purificateur d'air peut être une arme supplémentaire.

Ventiler contre le covid

Lorsque nous respirons et parlons, nous libérons des aérosols dans l’air. Chez une personne infectée, ces aérosols contiennent également des particules virales. Une bonne aération ou ventilation permet de les évacuer vers l'extérieur. 

Comme nous libérons du CO2 en expirant, la concentration de CO2 est souvent utilisée comme mesure pour déterminer le débit de ventilation nécessaire dans les pièces où plusieurs personnes sont présentes. En effet, plus la concentration de CO2 est limitée, plus la présence d'aérosols est faible et, par conséquent, plus le risque de contamination est réduit. 

Idéalement, la concentration de CO2 à l'intérieur doit être similaire à celle de l'air extérieur sain, c'est-à-dire environ 400 ppm ou parties par million. Mais tant que la concentration de CO2 est inférieure à 800 ppm, on considère que la pièce est bien ventilée. 

Ouvrir les fenêtres

Une faible concentration de CO2 dans l’habitation peut être obtenue en gardant les fenêtres ouvertes en permanence, même en position entrouverte si le local est peu occupé. Au minimum, vous pouvez ouvrir les fenêtres pendant les périodes où la pièce n'est pas utilisée, par exemple avant d'y entrer ou lorsque vous la quittez temporairement.

Si vous ne pouvez ouvrir une fenêtre que sur une seule façade, choisissez la plus grande ouverture possible.  Vous pouvez encore renforcer le renouvellement de l’air en ouvrant des fenêtres dans différentes façades. Si possible, ouvrez des fenêtres à différents étages pour créer une sorte d'effet de cheminée. 

Mais il n'est pas toujours possible de laisser les fenêtres ouvertes, par exemple lorsqu'il y a trop de bruit à l'extérieur, lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises (pluie, vent, etc.) ou pendant les périodes nécessitant un chauffage (ou un refroidissement) actif avec les pertes importantes d’énergie que l’option « fenêtre ouverte » suppose.

De meilleurs résultats avec un système de ventilation

Il n'est pas toujours facile d’ouvrir les fenêtres fréquemment ou en permanence. Un système de ventilation intégré constitue une meilleure solution. Celui-ci peut garantir des concentrations de CO2 suffisamment faibles (maximum 800 ppm, de préférence  moins), de sorte qu’il n’est plus nécessaire d’ouvrir les fenêtres. 

L’humidité relative a aussi un impact sur le risque de contamination. Elle se situe de préférence entre 40% et 60%. Un système de ventilation contribue à la maintenir dans cette fourchette.

Il existe par ailleurs  des systèmes de ventilation à la demande, basés sur la concentration de CO2. Lorsque le taux de CO2 grimpe dans l’habitation, le débit de ventilation augmente automatiquement en conséquence. 

Mais de nombreuses habitations ne disposent pas d'un système de ventilation efficace. Notre dossier consacré à la ventilation fournit davantage de détails sur le bon choix et le placement d’un système de ventilation – centralisé ou pas - pour remédier à ce problème.

Si vous ne disposez pas d'un tel système de ventilation à la demande ou si vous n'avez pas de système de ventilation du tout, un capteur de CO2 peut être utile pour estimer quand et dans quelle mesure vous devez ventiler votre habitation. 

Un purificateur d'air peut être une arme supplémentaire.