L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Levure de riz rouge, pas sans danger

03 février 2017
levure de riz rouge

03 février 2017
La ministre de la Santé persiste à la considérer comme un simple complément alimentaire, mais la levure de riz rouge peut comporter des effets secondaires. Elle devrait être commercialisée comme un médicament et donc subir un meilleur contrôle.

Vous avez des questions sur la santé ou vous désirez plus d’informations au sujet d’un médicament ?  

Consultez notre banque de données médicaments

Ou appelez notre ligne de conseil santé au 02 542 33 93 du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h à 17h, le vendredi jusque 16h.

 

Levure de riz rouge : des effets secondaires avérés

Souvent présentée comme une alternative inoffensive aux médicaments anticholestérol, la levure de riz rouge a fait l’objet d’une récente étude italienne*. Parmi les effets indésirables suspectés, celle-ci rapporte notamment des troubles gastro-intestinaux, des réactions cutanées, des atteintes du foie, des douleurs musculaires et même un cas de rhabdomyolyse (destruction du tissu musculaire). Certains utilisateurs ont dû être hospitalisés.

Cette étude rejoint les craintes que nous exprimions déjà en 2015 (Test Santé 128). Nous demandions que la levure de riz rouge soit interdite comme "complément alimentaire" et soit considérée comme un médicament. Notre point de vue est d’ailleurs partagé par le Conseil Supérieur de la Santé. 

Une décision insensée 

La ministre de la Santé publique a signé en décembre 2016 une décevante "Ligne Conductrice concernant les produits contenant de la levure de riz rouge". Il s'agit d'un document élaboré par la Commission Mixte au sein de l'Agence du Médicament, qui est chargée de se pencher sur la problématique des produits situés en "zone grise", par exemple entre médicament et complément alimentaire.

Dans l’analyse menée par la Commission Mixte, on trouve les extraits révélateurs suivants:

  • "la levure de riz rouge peut contenir des ingrédients nocifs comme la citrinine. Cette substance est néphrotoxique" (nocive pour le rein)
  • "les analyses systématiques des études scientifiques sur la levure de riz rouge concluent que des études supplémentaires et plus approfondies sont nécessaires"
  • "l'expert de l’AFMPS [Agence du Médicament] estime que la levure de riz rouge devrait idéalement être enregistrée comme médicament afin de garantir les doses exactes des différents ingrédients, de limiter la teneur en citrinine et de démontrer sa sécurité et son efficacité par des essais cliniques"
  • "aucune dose limite de monacoline K n'est déterminée en dessous de laquelle la monacoline K doit être considérée comme n'ayant pas une activité pharmacologique significative".

Pour nous, ceci confirme que la levure de riz rouge doit être enregistrée comme médicament. Mais la conclusion de la Commission Mixte est tout autre! 

D’après elle, les produits qui apportent maximum 10mg de monacoline K par jour peuvent être considérés comme des compléments alimentaires si la dose en monacoline K est standardisée (maximum 10% d'écart). Or, il n'est absolument pas démontré que ce dosage soit exempt d'effets indésirables sérieux. L’étude italienne fait ainsi état d'effets secondaires sérieux avec des doses de seulement 3mg!

Cette décision fait sans doute plaisir au lobby de l'industrie des compléments alimentaires, mais elle fait courir des risques injustifiés aux consommateurs.

Tournez-vous plutôt vers un médicament

Si vous souffrez d’une hypercholestérolémie justifiant un traitement, mieux vaut choisir un médicament avec une efficacité clinique démontrée, telles la pravastatine ou la simvastatine.

*Adverse reactions to dietary supplements containing red yeast rice: assessment of cases from the Italian surveillance system, British J ournal of Clinical Pharmacology, janvier 2017.

 

 

 

Imprimer Envoyer par e-mail