Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Mobilité

Plaidoiries contre les no show clauses d’Air France et KLM

13 juin 2019

Certaines compagnies aériennes appliquent une clause dite de “no show” qui prévoit que les passagers n'ayant pas utilisé une partie de leur billet combiné se voient refuser l'embarquement.Ces compagnies imposent des frais inutiles à ces passagers pour qu’ils puissent néanmoins embarquer. Test Achats a décidé d’attaquer cette pratique abusive en justice en introduisant une action en justice contre Air France et KLM en septembre dernier. L’audience de plaidoiries aura lieu ce jeudi 13 juin.

La “clause de no-show” …

De nombreuses compagnies aériennes utilisent une clause de "no show". Cela signifie qu'un billet n’est plus valable pour le reste du trajet dès qu’on ne s’est pas présenté à l’étape précédente. Quelle qu’en soit la raison. Concrètement : si une personne manque son vol aller, son billet retour est perdu. Dans ce cas, le passager doit payer un lourd supplément pour pouvoir maintenir son vol de retour d'origine ou même acheter un nouveau billet.

 

… injuste !

Tout simplement déraisonnable et injuste, selon Test Achats. Le passager a payé ses billets et devrait donc pouvoir les utiliser sans problème. Même s'il a manqué son vol aller ou a trouvé un moyen plus facile de se rendre à destination, il n'y a aucune raison pour que la compagnie aérienne soit autorisée à supprimer le reste du billet. Pour l’organisation de consommateurs, la meilleure clause de « no show » est celle qui n’existe pas ! Les compagnies low cost n’appliquent d’ailleurs pas ce type de clause, ce qui démontre bien que ce n’est pas un souhait irréalisable.

 

Audience de plaidoiries contre Air France et KLM

C’est pour cela que Test Achats a décidé d’agir en Belgique. En septembre dernier, l’organisation de consommateurs a introduit une action judiciaire auprès du tribunal de commerce de Bruxelles contre Air France et KLM qui appliquent des clauses de “no show” particulièrement sévères. Leurs conditions générales prévoient en effet que si le passager ne prend pas son premier vol, qu’elle qu’en soit la raison, il se verra imposer un supplément tarifaire forfaitaire allant de 125 EUR pour un vol court-courrier (France métropolitaine et Corse) à 3 000 EUR pour un vol long-courrier ! L’audience de plaidoiries dans cette affaire aura lieu ce jeudi 13 juin.

 

Un soutien européen

En décembre dernier, Test Achats a été rejointe dans son combat par le BEUC et plusieurs de ses membres, qui ont également annoncé des actions pour mettre fin au « no show », soit en entamant  ou en envisageant des démarches juridiques, soit en écrivant à leurs autorités. Test Achats se réjouit d'avoir le soutien de neuf organisations de consommateurs européennes pour lutter contre les clauses de « no show ». I