Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

ViruProtect : les autorités doivent s’attaquer aux pratiques trompeuses

28 mars 2020

Maintenant que la crise du coronavirus fait partie intégrante de la société, tant sur le plan sanitaire qu'économique, les charlatans apparaissent sur le marché en prétendant avoir un moyen de protéger les consommateurs contre la contamination. Complètement absurde, dit Test Achats, qui demande à l'AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé) et au Service public fédéral Economie d'intervenir contre les pratiques commerciales déloyales de certaines firmes pharmaceutiques. L'organisation de consommateurs souligne également l'importance d'une information correcte en ces temps incertains.

ViruProtect

La crise du coronavirus nous pose, en tant que société, des défis importants dans tous les domaines possibles. Cette situation suscite, à juste titre, une grande peur au sein de la population. Dans un tel contexte, il est essentiel de disposer d'informations fiables. Malheureusement, certaines entreprises profitent de l’anxiété vécue par une grande partie de la population pour promouvoir leurs produits, indique Test Achats. “Un exemple typique est le dispositif médical "ViruProtect", un produit de la société EG qui fait croire qu'il est adapté pour vous protéger contre le coronavirus”, explique Julie Frère, porte-parole de l'organisation de consommateurs. Test Achats considère que la communication autour du "ViruProtect" est trompeuse dans sa globalité: le site internet est entièrement “relooké” sur fond de crise du coronavirus. Sur ce site, le fabricant affirme que le médicament désactive le coronavirus humain à hauteur de 99,9 %. De plus, la firme donne également des conseils sur les cas où l’utilisation de ViruProtect peut être appropriée à savoir lorsque le consommateur prend les transports publics ou se rend au supermarché; des situations dans lesquelles l'exposition au virus est beaucoup plus importante. Enfin, sur le site web, le fabricant admet que l’efficacité de son produit n’a pas été testée sur la dernière variante Covid-19 du coronavirus. La façon dont cela est expliqué rappelle les petits caractères d’une promotion trop attrayante. Aux yeux du consommateur, cette information ne contrebalance en rien le message général autour de ce produit et du contexte actuel.

Test-Achats avait déjà attiré l'attention de l’AFMPS sur ce médicament au milieu de l'année dernière. La firme a commercialisé ce spray pour la gorge comme un dispositif médical afin de contourner les règles plus strictes qui s'appliquent aux médicaments. Le fabricant affirme que ViruProtect réduit les chances d'attraper un rhume et en raccourcit la durée. Cependant, ni son efficacité ni sa sécurité n'ont été démontrées.

En outre, les experts médicaux se posent également des questions. Prof. Dr. Myriam Van Winckel, pédiatre à l’UZGent et professeure à l'UGent déclare : “ViruProtect contient de la trypsine, une enzyme digestive, qui pourrait digérer le tissu cellulaire dans la gorge, permettant aux virus de pénétrer plus facilement. La trypsine peut également activer des virus dans certaines circonstances. Il est clair qu'un tel risque doit faire l'objet d'une enquête appropriée. En effet, nous ne pouvons pas exclure la possibilité que le nouveau coronavirus pénètre dans l'organisme plus rapidement et plus efficacement lors de l'utilisation du ViruProtect, avec les risques  que cela comporte.”

 

Plainte auprès de l'AFMPS et du SPF Economie

La semaine dernière, le commissaire européen chargé de la protection des consommateurs Didier Reynders, a écrit à aux  médias sociaux, moteurs de recherche et autres plateformes pour interdire ce type de fraude. Ces opérateurs avaient jusqu'à ce vendredi 27 mars pour faire savoir comment ils allaient répondre à cette injonction.

Lundi dernier, Test Achats a déposé une plainte contre ces pratiques trompeuses auprès de l'AFMPS et du SPF Economie. Elle a également informé la firme EG à ce sujet. Bien que l'organisation de consommateurs ait insisté pour que des mesures urgentes soient prises au vu de la situation, elle doit déplorer que les consommateurs y sont toujours exposés. Dans l'intérêt de la Santé publique, vu la nécessité de limiter les fausses informations en ligne et de donner un signal clair aux fabricants qui diffusent des informations trompeuses; une réaction adéquate est maintenant nécessaire de la part de EG, le fabricant du Viruprotect. Test Achats soutient donc pleinement l'appel et les actions de la Commission européenne pour agir contre les pratiques trompeuses dans le contexte de la crise du coronavirus.