Communiqué

Suites de l’affaire Test Achats vs De Village devant le tribunal

06 octobre 2021
LogoDeVillage

Ce qui devait être une grande fête a tourné au cauchemar : sept ans après la Coupe du monde au Brésil, de nombreux supporters des Diables rouges attendent toujours d'être indemnisés pour les dommages qu'ils ont subis en raison de la mauvaise organisation de leur séjour au camping Devillage à Rio de Janeiro. Demain, Test Achats défendra les intérêts de quelque 200 fans devant le tribunal. L'organisation de consommateurs réclamera un total de 800 000 euros aux organisateurs du camping: l'Union royale belge de football et Sun Reizen.

Très loin d’un camping de luxe

Alors que les Diables Rouges entrent dans le Final Four de la Ligue des Nations cette semaine, l’équipe est déjà très différente de celle qui avait joué lors de la Coupe du Monde au Brésil, le premier tournoi majeur de la "génération dorée", il y a déjà 7 ans. Malgré le temps écoulé, les supporters ayant séjourné au camping Devillage n’ont toujours pas été indemnisés. Récapitulons : lors de la Coupe du monde 2014, de nombreux fans belges s’étaient rendus au Brésil pour encourager les Diables rouges. Les supporters ont été hébergés au prétendu camping de luxe "Devillage", dont l’organisation dépendait de l'Union royale belge de football et de Sun Reizen. Cependant, l’endroit était loin d’être le camping de luxe promis : trop peu de douches, absence d’eau chaude, toilettes sales, Wi-Fi déficient, manque d’électricité, plage qui n’avait de privé que le nom, etc.

 

Affaire pénale

Au lendemain de la Coupe du monde, certains supporters lésés ont donc introduit une plainte au pénal contre les organisateurs. Test Achats, qui avait entretemps reçu de nombreux dossiers de supporters mécontents, s’était constituée partie civile au nom de plus de 200 supporters. En première instance, le juge avait condamné l’Union Belge et Sun Reizen à une amende ainsi qu’au remboursement des supporters ayant porté plainte au pénal. Mais Sun Reizen nv et l'Union belge ont aussitôt interjeté appel. La Cour d’appel de Bruxelles n’a pas suivi le juge de première instance et a acquitté les deux organisations en février 2019 considérant qu’elles n’avaient pas commis d’infractions pénales.

Les nombreux supporters de football concernés n'ayant pas été indemnisés correctement pour le préjudice subi dans le cadre de l'affaire pénale, Test Achats a décidé de poursuivre l'affaire sur le plan civil.

 

Tribunal civil

Deux ans après le verdict de l'affaire pénale, Test Achat représentera à nouveau plus de 200 supporters, devant le tribunal civil cette fois. L’organisation de consommateurs demande une indemnisation pour couvrir l'intégralité des frais encourus par les supporters lésés. Un dossier d'indemnisation a été constitué pour chaque supporter par l’avocat de Test Achats sur la base de pièces justificatives telles que billets d'avion, séjours à l'hôtel, frais de téléphone, etc. Les demandes vont d'un peu moins de 500 euros à plus de 5 000 euros, en ce compris les dommages moraux. Au total, le préjudice subi par les supporters s'élève à environ 800 000 euros. "Nous irons jusqu’au bout pour que les supporters lésés soient correctement indemnisés par l’Union Belge et Sun Reizen. Nous encourageons néanmoins ces organisations à faire preuve de décence en indemnisant spontanément les supporters sans attendre l’issue de la procédure judiciaire.  Etant donné que Sun Reizen et l’Union Belge sont considérés comme des organisateurs de voyage dans le cadre de la procédure pénale, ils ne peuvent plus échapper à cette responsabilité", déclare Julie Frère, porte-parole de Test Achats.