News

Augmentations des factures d'acompte sur l'énergie : sont-elles réalistes et puis-je les refuser ?

20 septembre 2022
augmentation facture d'acompte

De plus en plus de familles sont choquées lorsque leur nouvelle proposition de factures d'acompte pour l'électricité et le gaz naturel arrive dans leur boîte aux lettres. Les sommes folles de 700 euros et plus par mois ne sont plus des exceptions. Comment savoir si ce montant est correct ? Pouvez-vous refuser cette proposition ? Et que faire si vous ne pouvez pas assumer ces montants ? 

Aujourd'hui, l'offre de contrats permanents sur le marché s'est pratiquement tarie. De plus en plus de consommateurs recourent aux tarifs variables. Cela signifie que vous n'avez plus de certitude quant au prix de votre énergie. Désormais, vous êtes à la merci des prix erratiques sur les marchés de gros. Ces hausses se traduisent finalement par des factures d'énergie de plus en plus élevées.  

Voici comment les prix de l'énergie évoluent 

Certains fournisseurs avertissent leurs clients de manière proactive et proposent une augmentation de la facture d'acompte. Ceux qui se rendent dans l'espace client en ligne sont confrontés à des propositions qui dépassent largement le seuil de tolérance. Les montants qui équivalent à un loyer mensuel ou à un prêt hypothécaire ne sont plus une exception. Et en tant que consommateur, vous avancez souvent à tâtons quant à l'exactitude du montant.

 

Pourquoi ma facture d'acompte augmente-t-elle ?

Pour un tarif variable, un acompte est calculé sur la base de votre consommation à un moment donné. En d'autres termes, il s'agit d'une estimation. Aujourd'hui, nous sommes cependant dans une situation où les prix de l'énergie sont très volatils. 

De plus, la valeur qui figure sur la grille tarifaire du fournisseur est basée sur le dernier indice de marché connu. Toutefois, dans le cas d'un produit lié au marché dit "spot", où l'énergie est négociée pour être livrée le lendemain, le prix réel pour ce mois n'est pas encore connu. Le fournisseur se base donc sur la valeur du mois dernier, voire du trimestre dernier si le prix n'est indexé que trimestriellement. 

Concrètement, un produit qui est indexé trimestriellement sur la bourse belge de l'électricité Belpex se base aujourd'hui sur la dernière valeur connue, celle du deuxième trimestre où le prix moyen était de 193,92 euros par MWh. Il s'agit toutefois d'un montant remarquablement inférieur aux prix enregistrés par les bourses de l'électricité aujourd'hui. La valeur moyenne en août était de 448,13 euros, soit plus du double par rapport au trimestre précédent.  

 

Entre août et septembre, le coût de cette facture d'acompte a triplé. 

Comment puis-je savoir si le montant proposé par mon fournisseur est réaliste ? 

Malheureusement, cela est très difficile à vérifier. Un fournisseur calculera votre proposition d'acompte en fonction de l'évolution des bourses de l'électricité, de votre consommation et de la date à laquelle vous recevez normalement votre facture annuelle. Si vous recevez normalement votre relevé annuel en décembre et que vous avez payé trop peu au cours des huit premiers mois, vous risquez de vous voir proposer un montant élevé dans votre espace client, car le manque à gagner est réparti sur les quatre mois restants. 

Le calcul d'une avance correcte suppose que vous sachiez à combien s'élèvera le prix de l'énergie dans les mois à venir. Mais la seule certitude est que cette évolution est incertaine. Personne ne peut prédire les prix. Il n'est malheureusement pas exclu qu'ils augmentent pendant l'hiver. Et la période hivernale est déterminante pour votre facture de chauffage.  Si vous avez encore un compteur analogique, certains fournisseurs vous permettent de saisir régulièrement les relevés de votre compteur dans l'espace client en ligne afin de vérifier si le montant de votre acompte est toujours correct. 

Mon fournisseur peut-il ajuster ma facture d'acompte sans mon consentement ? 

Votre fournisseur peut proposer une augmentation, auquel cas il doit vous fournir des précisions sur la méthode de calcul. Ce faisant, il ne suffit pas de se référer à la consommation supposée. Depuis fin février de cette année, une nouvelle réglementation est en vigueur qui prévoit que votre fournisseur ne peut répercuter la majoration des acomptes que si vous ne vous y opposez pas dans les 15 jours suivant la notification. Donc non, vous n'êtes pas obligé d'accepter n'importe quelle proposition. 

Si vous avez de bonnes raisons de penser que votre consommation va baisser de manière significative, par exemple parce que vous avez récemment isolé votre toit ou installé des panneaux solaires, veillez à le faire savoir à votre fournisseur. Mais attention à la forte hausse des prix sur les marchés de l'énergie : une facture d'acompte trop faible peut entraîner une facture de règlement plus élevée. Si vous réduisez votre acompte, ce n'est pas une mauvaise idée de mettre de côté un montant pour le moment où la facture arrivera dans la boîte aux lettres. 

Et si je ne peux pas payer ce montant ? 

Bien entendu, personne n'est mieux placé que vous pour juger de votre capacité financière. Si vous ne pouvez pas payer votre facture d'acompte, réduisez le montant à ce qui est faisable pour vous. Sachez simplement que la plupart des fournisseurs n'autorisent qu'une réduction de 20 % maximum via votre espace client en ligne. 

Si vous voulez réduire encore plus votre facture, contactez directement votre fournisseur. Dans ce cas, Mega demandera même un document prouvant votre consommation, comme un devis d'installation de panneaux solaires. Mais sachez que la législation ne l'exige absolument pas, et que vous n'êtes donc absolument pas obligé de fournir quelque preuve que ce soit à votre fournisseur d'énergie.  

Comment le prix sera-t-il calculé sur ma facture finale ? 

Avec un tarif fixe, c'est simple : le prix figurant sur votre relevé est également celui indiqué dans votre contrat. Avec un tarif variable, c'est plus difficile. Le prix de l'énergie figurant sur votre facture est une moyenne pondérée. Chaque mois ou trimestre a un poids différent dans le calcul global. Par exemple, ceux qui se chauffent au gaz consomment en moyenne près de 18 % de leur consommation annuelle en janvier. Ainsi, si vous consommez 20 000 kWh sur une base annuelle, quelque 3 600 kWh seront facturés au prix de janvier. Mais nous ne connaissons pas ce prix aujourd'hui. 

Si nous regardons le prix de gros du mois d'août, nous constatons qu'il était très élevé, mais heureusement pour une famille moyenne, il compte pour moins de 3% dans le prix final. En d'autres termes, dans l'exemple ci-dessus, il s'agirait d'environ 600 kWh facturés au prix élevé d'août. 

 

Retrouvez nos exigences