Communiqué

Test Achats salue les mesures avancées par le gouvernement fédéral et appelle les Régions à contribuer à l’effort

12 octobre 2021

Les éléments du « paquet énergie » mis en œuvre par le fédéral pour aider les ménages à faire face à la hausse des prix de l’énergie sont aujourd’hui connus.

 

La première mesure envisagée est sans surprise la prolongation du tarif social. Test Achats salue cette mesure qui permettra d’éviter que les consommateurs à faibles revenus, qui ont pu bénéficier du tarif social pendant un an, soient soudainement obligés de conclure un contrat coûteux sur le marché.  Test Achats insiste pour que la nécessité de prolonger à nouveau cette mesure soit réévaluée au moment de son échéance qui semble être prévue à la fin du premier trimestre 2022.

Le paquet prévoit également l’octroi d’un chèque énergie pour les ménages bénéficiant du tarif social. Le message est clair : le gouvernement veut venir en aide aux ménages les plus vulnérables. Test Achats soutient cette mesure qui lui semble plus appropriée qu’un chèque énergie destiné à tous les ménages belges, en ce compris les ménages aisés qui n’en auraient pas besoin.

 

«Les grands oubliés des mesures prévues par le paquet énergie sont les personnes faisant partie de la classe moyenne :  celles-ci n’entrent en effet pas dans les conditions pour pouvoir bénéficier du tarif social mais sont néanmoins fortement touchées par la hausse des prix de l’énergie » réagit Julie Frère, porte-parole de Test Achats. « En effet, pour ces personnes, seul le gel de la contribution fédérale et du soutien à l’éolien offshore est prévu. Bien que nous soutenions cette mesure, il ne s’agit que de quelque 30 à 50 euros de hausse évitée sur une facture de 2700 euros [1], autant dire des cacahuètes. Nous regrettons que notre proposition de diminuer la TVA à 6 % sur une tranche incompressible de consommation n’ait pas été retenue par le gouvernement, cela aurait permis aux ménages d’économiser quelque 140 euros [2] sur leur facture ».

 

La marge du gouvernement fédéral étant limitée, Test Achats appelle les gouvernements régionaux à suivre son exemple pour les postes de la facture qui lui reviennent. L’organisation de consommateurs déplore en effet depuis de nombreuses années que la facture d’électricité constitue une feuille d’impôts et demande que cela cesse.  Que tous les postes de type redevances, obligations service public, soutien au renouvelable, etc continuent d’être inclus dans la facture d’énergie nuit d’une part à la transparence, et ne constitue pas une juste façon de financer les projets colossaux et nécessaires en vue de la transition énergétique.

 

L’organisation de consommateurs se réjouit de l’introduction d'une norme énergétique qui permettra de comparer le montant de la facture énergétique belge à la situation dans les pays voisins afin de protéger le pouvoir d'achat des familles. « La mise en place d’une norme énergétique, dont il est question depuis l’accord de gouvernement de … 2011 se concrétise enfin ! Celle-ci est d’autant plus nécessaire lorsque l’on sait que la facture d’électricité des belges est une des plus élevées d’Europe » réagit Julie Frère, qui demeure néanmoins prudente vu le peu de détails connus sur l'élaboration précise de cette norme et les conséquences prévues en cas de dépassement.

 

Suite eux efforts de Test Achats, le gouvernement fédéral a décidé de s’attaquer aux pratiques commerciales déloyales de certains fournisseurs. « Nous avons vigoureusement dénoncé les pratiques de certains fournisseurs qui imposaient des hausses d’acompte sans le consentement de leurs clients. Cette pratique sera désormais interdite, ce dont nous ne pouvons que nous réjouir. Nous demandons au gouvernement d’améliorer et de rendre contraignant l’Accord consommateurs pour tous les fournisseurs d’énergie » conclut Julie Frère.

 

Les consommateurs peuvent appeler  pour une période indéterminée le 0800 50 222 et bon nombre d’infos se retrouvent également sur www.testachats.be/energyguide.

 


 

[1] Chiffres officiels de la CREG pour une consommation moyenne de élec + gaz pour septembre 2021
[2] Sur base d’une consommation moyenne d’une famille qui se chauffe et cuisine au gaz. Point de départ 10.000 kWh pour le gaz, et 1.500 kWh pour l’électricité.