Dossier

Fibrillation auriculaire

19 juin 2014
fibrillation-auriculaire

19 juin 2014

La fibrillation auriculaire est une sorte de trouble du rythme cardiaque se manifestant principalement chez les seniors. Le principal danger de cette affection est l’apparition d’un caillot, pouvant entraîner un accident vasculaire cérébral grave.

Normalement, le cœur bat à un rythme régulier, à raison de 60 à 90 pulsations la minute au repos. A l’effort, il bat plus vite. Néanmoins, le rythme cardiaque naturel peut parfois être perturbé. Les causes peuvent être variées. A partir d’un certain âge, il est ainsi question de fibrillation auriculaire. Dans le cas de cette affection, le cœur bat de façon irrégulière et généralement plus rapidement, bien souvent à raison de plus de 100 pulsations par minute (voire jusqu’à 175), sans même que l’on ne produise le moindre effort.

La fibrillation auriculaire peut passer inaperçue pendant tout un temps, et n’être découverte que par hasard lors d’un examen de routine. En effet, les symptômes ne sont pas toujours faciles à percevoir. Si la fréquence cardiaque de la personne est assez lente surtout, le trouble peut être présent depuis longtemps sans que la personne en question n’en ait conscience.

Parfois, certaines personnes remarquent une anomalie, laquelle est clairement perceptible lorsque le cœur bat rapidement ou de manière irrégulière. Ces personnes peuvent se sentir plus rapidement fatiguées ou hors d’haleine lors d’un effort physique. Elles peuvent également souffrir de vertiges, éprouver une sensation désagréable dans la poitrine ou être victimes d’étourdissements. Certaines vont même jusqu’à s’évanouir.

La fibrillation auriculaire va souvent de pair avec d’autres affections cardiovasculaires survenant principalement à un âge plus avancé, comme l’artériosclérose des coronaires ou l’infarctus. Les patients ayant subi une opération cardiaque ou pulmonaire aussi y sont plus enclins. Par ailleurs, une tension artérielle trop élevée et une hyperthyroïdie peuvent aussi perturber le rythme cardiaque. Dans certains cas, on note une prédisposition familiale à la maladie. Enfin, les personnes qui boivent ou fument beaucoup, les consommateurs de substances stimulantes et les personnes souffrant d’obésité doivent rester sur leurs gardes.

Dans bien des cas, la fibrillation auriculaire est inoffensive. Toutefois, le risque majeur lié à la fibrillation auriculaire est l’apparition d’un caillot. Le sang présent dans les oreillettes ne s’évacue pas correctement, de sorte qu’il a tendance à y stagner. Cela favorise la coagulation du sang, et donc la formation de caillots. Si un caillot de sang se forme ainsi et s’il parvient à gagner le cerveau par les artères, cela entraîne un risque d’accident vasculaire cérébral, pouvant être lourd de conséquences.

Le pompage défectueux ne parvient plus à expulser le sang

Un caillot se forme dans le sang et arrive au cerveau via les artères.

L'afflux d'oxygène au cerveau est bloqué


Imprimer Envoyer par e-mail