L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Syndrome du canal carpien : quels tests?

21 mars 2018
syndrome-du-canal-carpien

21 mars 2018
Comment établit-on un diagnostic précis du syndrome du canal carpien? Existe-t-il un test confirmant les examens cliniques? Focus sur les méthodes les plus efficaces.

quels tests?

Vous avez des fourmillements ou des douleurs dans les doigts, la paume ou l’avant-bras? Vous pensez avoir le syndrome du canal carpien mais voudriez en avoir la certitude? Découvrez dans notre article comment le médecin établit son diagnostic.

Certes, le patient repère de lui-même certains symptômes (comme des fourmillements ou des douleurs) qui le dérangent et le poussent éventuellement à consulter. Cependant, d’autres symptômes sont plus difficilement repérables par Monsieur ou Madame Tout-le-Monde et nécessitent l’avis d’un spécialiste. Pour établir son diagnostic, le médecin se base d'abord sur la description des symptômes de son patient et puis sur quelques examens cliniques plus poussés.

 Il regarde par exemple, s’il y a une faiblesse de la pince pouce-index, s’il y a une diminution de la masse musculaire de l’éminence thénar (saillie sous le pouce), si les doigts sont légèrement boudinés et si la peau est sèche au niveau du pouce, de l’index et du majeur… Quant au test de Weber, il permettra au médecin de voir s’il y a une altération de la sensibilité au niveau du nerf médian.

 Il peut également effectuer le test de Phalen, une manœuvre consistant à fléchir le poignet du patient pendant trente secondes et à observer l’apparition ou non des symptômes du syndrome du canal carpien.

 Si un doute persiste, un test électrique appelé électromyogramme peut être utile. Il contrôle si les muscles et les nerfs de la main et du poignet réagissent correctement aux signaux électriques. Le médecin est ainsi en mesure de vérifier si les symptômes ne sont pas causés par une autre affection. L’électromyogramme comporte deux parties. Le premier test consiste à mesurer l’activité électrique spontanée du muscle au repos. Pour ce faire, le médecin insère dans le muscle une aiguille électrode très fine reliée à un enregistreur. L’autre test permet d’analyser l’activité nerveuse motrice et est effectué à l’aide d’électrodes posées sur la peau.

Contrairement à la radiographie des poignets qui permet juste de dépister un rétrécissement du canal carpien d’origine osseuse, l’électromyogramme est un test indispensable et systématique avant toute intervention chirurgicale.