L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Premiers soins en cas de brûlures

06 juillet 2020
brulures

Les brûlures font partie des accidents domestiques les plus courants. Malheureusement, il existe encore de nombreuses idées fausses en ce qui concerne les soins à apporter. Nous vous indiquons la meilleure façon de réagir lorsque quelqu'un se brûle. Dans tous les cas, refroidissez d'abord la brûlure pendant 10 à 20 minutes sous l'eau courante.

De l’eau avant toute chose

Vous pouvez sans problème traiter vous-même les brûlures superficielles mais, pour les cas plus graves, il faut s’adresser à un médecin, à un service d’urgence ou à un centre de traitement des brûlés. Nous expliquons comment évaluer la gravité du problème, et quelles mesures prendre en fonction des cas.

De l’eau avant toute chose

Quelle que soit la gravité de la brûlure, il est important de la refroidir immédiatement avec de l’eau pour soulager la douleur, nettoyer la plaie et arrêter le processus de brûlure. On empêche ainsi que les lésions atteignent des couches plus profondes de la peau. Faites-le de préférence sous l'eau courante pendant 10 à 20 minutes.

Retirez (si cela ne pose pas problème) les bagues, montres, bracelets ou vêtements susceptibles de serrer en cas de gonflement de la zone affectée. Si les brûlures couvrent de grandes surfaces, une douche peut s’avérer pratique.

Mais n’utilisez pas de glace, ni d’eau très froide. C’est la blessure qu’il s’agit de refroidir, pas la victime. Sinon, surtout avec une douche, la personne risque de se trouver en hypothermie, et la glace risque de provoquer des engelures. L’eau est donc un bon début dans tous les cas, après quoi on pourra évaluer les soins qui s’imposent.

Le degré détermine les soins

La gravité d’une brûlure se mesure à la profondeur de la blessure, en fonction des couches de la peau qui sont endommagées. S’il s’agit d’une brûlure superficielle du premier degré, seule la couche supérieure (épiderme) est atteinte. Une brûlure du second degré touche à la fois l’épiderme et la couche intermédiaire (derme). Enfin, une grave brûlure du troisième degré touche jusqu’à la couche profonde (hypoderme), et parfois même les tendons et les muscles en dessous.

 

Paradoxalement, les brûlures du troisième degré sont moins douloureuses que celles du deuxième degré. En effet, comme les terminaisons nerveuses sont détruites, elles ne peuvent plus transmettre les signaux de douleur.

Moins grande qu’une pièce de monnaie

Vous pouvez sans problème soigner vous-même, sur place, les brûlures superficielles du premier et du deuxième degré qui ne dépassent pas la taille d’une pièce de 2 €, en commençant par refroidir. Attention, dans le cas d’une brûlure du deuxième degré surtout, l’hygiène est un important facteur de guérison rapide. 

Les petites brûlures superficielles guérissent généralement d’elles-mêmes au bout de quelques jours, sans laisser de cicatrice. Une crème hydratante peut être appliquée, il n’est pas nécessaire de couvrir la brûlure avec un pansement ou un plâtre. Les premiers jours, une compresse froide ou un antidouleur léger à base de paracétamol (disponible également sous forme de sirop pour les enfants) peut soulager les douleurs lancinantes. Consultez cependant un médecin si la brûlure suppure, si elle exhale une mauvaise odeur, si la douleur locale augmente ou si le patient a de la fièvre.

Les brûlures du deuxième degré sont généralement les plus douloureuses. Si elles ne sont pas trop étendues, vous pouvez aussi les soigner vous-même. En cas de doute, n’hésitez pas à consulter un médecin. En effet, le risque d’infection est plus élevé. Une compresse et un pansement élastique peuvent aider à maintenir la brûlure propre et humidifiée, pour accélérer sa guérison. N’utilisez pas de sparadrap ou de pansement pelucheux. Évitez autant que possible de toucher la brûlure et, si vous devez le faire, par exemple pour changer le pansement, lavez-vous d’abord les mains et séchez-les soigneusement. Pour éviter tout risque d’infection, ne percez pas les cloques.

Pommades superflues

N’enduisez pas d’huile, de dentifrice, de beurre, de farine, de mayonnaise ou d’autres produits d’entretien, de jardin ou de cuisine. Non seulement ils ne favorisent en rien la guérison, mais ils risquent même d’aggraver la situation et de provoquer une infection. Même des pommades comme Flamigel, Flaminal et Flammazine, pourtant vendues spécifiquement à cet effet, n’offrent aucune plus-value pour les petites brûlures du premier ou du deuxième degré. Il n’est pas scientifiquement prouvé qu’elles accélèrent la guérison de la peau.

Il est par contre très important de protéger du soleil la brûlure et la cicatrice. En effet, la peau brûlée est particulièrement sensible aux coups de soleil, même une fois guérie. Abritez la peau sensible des rayons du soleil, ou utilisez une crème solaire d’un indice SPF 50+.

Vers le comparateur crèmes solaires

Songez aussi à vérifier si votre vaccination contre le tétanos est toujours à jour (elle ne peut pas remonter à plus de 10 ans). Quand on parle de tétanos, on pense d’abord à des clous rouillés ou à des morsures d’animaux, mais cette infection bactérienne (parfois mortelle) peut aussi être consécutive à une brûlure du deuxième ou du troisième degré.

Besoin de soins médicaux

Si la brûlure est plus grande qu’une pièce de 2 €, mieux vaut consulter un médecin. Idem pour une brûlure à un endroit sensible comme le visage, ou si des cloques apparaissent.

Si la brûlure est même plus grande que la main (de la victime), il faut se rendre immédiatement au service des urgences ou au centre de traitement des brûlés le plus proche, après avoir refroidi la plaie avec de l’eau. Pendant le trajet, couvrez légèrement la plaie avec un tissu propre et mouillé. Surtout, n’apposez pas de pansement. En effet, les blessures peuvent entraîner un gonflement important, et cela risquerait de couper la circulation sanguine. Vous pouvez aussi appliquer un film alimentaire ou un sachet en plastique.

Sachez que la peau des enfants et des personnes âgées est plus mince, de sorte que les brûlures peuvent être plus profondes. En cas de doute, appelez les services de secours (112), ne donnez rien à boire ni à manger, et enveloppez la victime dans une couverture (de survie) pour qu’elle ne refroidisse pas exagérément.