News

Moderna aussi annonce un vaccin contre le corona

18 novembre 2020

Après Pfizer, c’est au tour de la biotech américaine Moderna d’annoncer un vaccin efficace contre le corona. Les deux vaccins utilisent une technologie génétique comparable, ciblent la même protéine du virus et obtiennent des résultats comparables. Le prix annoncé par Moderna est encore plus élevé que celui de Pfizer.

Les médias qualifient le nouveau vaccin contre le corona de la biotech Moderna, avec une efficacité de 94,5%, "d’encore meilleur" que celui de Pfizer. Mais même si les chiffres, à l’instar de ceux du vaccin de Pfizer, sont particulièrement encourageants, ici aussi il ne s’agit en l’occurrence que des résultats d’une analyse intermédiaire. Dès lors, il convient d’attendre les résultats complets de l’analyse dans son intégralité. Moderna livre toutefois un peu plus d’informations que BioNTech/Pfizer et présente un avantage logistique de taille: contrairement au vaccin de Pfizer, devant être conservé à quelques -70°C, le vaccin de Moderna peut être conservé pendant un mois dans un frigo ordinaire.

Vers le dossier vaccin contre le corona

Analyse incomplète

L’analyse complète ne sera finalisée qu’une fois que 151 personnes auront été contaminées et malades sur quelques 30 000 participants. Jusqu’ici, on n'en compte que 95. C’est un bon point de départ, mais davantage de données s’imposent pour pouvoir tirer des conclusions définitives. Ce n’est que lorsque la firme aura publié l’intégralité de ses données que les experts indépendants pourront évaluer la portée exacte du nouveau vaccin. 

Protection complète?

Le protocole d’étude de Moderna met principalement l’accent sur la mesure de l’effet du vaccin sur des symptômes légers. Nous voulons toutefois un vaccin qui nous protège contre les symptômes graves et contre une hospitalisation. Alors que Pfizer n’a publié aucune information à ce sujet, Moderna fait part de chiffres encourageants. Sur les 95 cas constatés, 11 patients présentaient des symptômes graves, tous dans le groupe placebo (groupe n’ayant pas reçu de vaccin).

Idéalement, nous voulons même un vaccin nous empêchant d’être contaminés. Car si un vaccin nous protège contre l’infection, nous protégeons en même temps notre environnement. Le vaccin peut-il prévenir complètement l'infection ? Nous ne le saurons qu’une fois le vaccin sur le marché.

Beaucoup de zones d’ombre subsistent encore quant à l’efficacité du vaccin chez les plus de 65 ans et les autres patients à risque. Moderna planche encore sur ces interrogations. L’entreprise signale que le vaccin est efficace et sûr dans tous les sous-groupes, mais n’étaye pas encore ses allégations par des chiffres concrets. Enfin, nous ne savons pas encore pendant combien de temps le vaccin garantit l’immunité. Dans la vie quotidienne, il s’est déjà avéré qu’une réinfection au SARS-CoV-2 est possible, et plusieurs cas ont déjà été rapportés.

Aucun effet secondaire grave

Durant l’étude portant sur le vaccin Moderna, aucun effet secondaire grave n’a été constaté, en d’autres termes aucune affection grave déclenchée par le vaccin. Bonne nouvelle, mais le suivi ne porte pour l’instant pas encore sur une durée suffisamment longue pour pouvoir se prononcer de manière fiable. Quoi qu’il en soit, les rares effets secondaires ne sont mis en lumière qu’une fois un vaccin administré à grande échelle.

Contrairement à Pfizer, Moderna fournit des infos plus détaillées au sujet des effets secondaires typiques des vaccins (fatigue, douleurs musculaires, etc.) qui se manifestent suite à une réaction du système immunitaire. En conséquence, plus de 10% des participants ont eu besoin d'un analgésique sur ordonnance ou étaient incapables d'accomplir leurs activités quotidienne. Moderna indique que ces effets secondaires étaient de courte durée.

Bénéfices garantis

Avec un prix annoncé entre 58 et 67€ pour deux doses, le vaccin Moderna est le plus cher de tous les vaccins pionniers. La firme ambitionne donc de réaliser des bénéfices. Poignant, lorsqu’on sait que le vaccin a été co-développé par des chercheurs du National Institute of Health aux Etats-Unis, subsidié par des fonds publics, et que les études ont été financées intégralement ou presque par le gouvernement américain. Etant donné les investissements publics considérables et les conditions exceptionnelles, nous nous attendions à un produit plus abordable. Plusieurs firmes pharmaceutiques se sont en effet engagées à vendre leur vaccin à prix coûtant.

A présent, il a été annoncé dans le média que les vaccins contre la COVID 19 allaient être gratuits en Belgique, mais c’est naturellement notre système d’assurance-maladie - et donc indirectement le citoyen - qui aura à régler la facture salée.

Pas encore de retour à la situation antérieure

Tout comme lors de l’annonce du vaccin de Pfizer, nous devons à nouveau souligner qu’un tel vaccin ne signifie pas encore la fin des mesures de précaution. Les études sur ces deux vaccins ne sont pas terminées et les vaccins, eux ne sont pas encore approuvés.

A court terme, Pfizer et Moderna ne seront, quoi qu’il en soit, pas en mesure de répondre à la demande considérable. Leurs vaccins seront-ils à même de nous protéger contre l’infection? Cela reste à voir.

En outre, ces vaccins posent encore plusieurs problèmes pratiques en termes de distribution et de vaccination. Chaque patient aura besoin de deux doses, ce qui doublera le nombre de vaccins nécessaires. Au total, notre gouvernement souhaite vacciner trois quarts de la population belge afin d’atteindre une immunité de groupe suffisante.

Entre-temps, la Commission européenne a signé un contrat avec Pfizer/BioNTech, mais pas encore avec Moderna, même si cela ne tardera probablement pas.

Server Error