Pourquoi utilisons-nous des cookies? Nous utilisons des cookies propres et des cookies tiers pour améliorer la qualité de la navigation, personnaliser les contenus, développer des statistiques, diffuser des annonces adaptées à vos préférences et faciliter votre interaction avec vos réseaux sociaux. Pour ce faire, nous traitons des données personnelles telles que, par exemple, vos données de navigation. Si vous continuez à naviguer sur notre site, vous acceptez nos cookies. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur notre politique de cookies ou annuler tous ou partie des cookies, cliquez ici

Fortis: ni victoire, ni défaite mais une étape supplémentaire

12 févr. 2009
Malgré une ultime tentative de manipulation des droits de votes par l'Etat, c'est le NO,NO,NO qui l'a emporté. Ce qui est conforme à la position de Test-Achats.

Pour rappel, aujourd'hui Fortis Holding c'est: 100% Fortis Insurance Belgium (les assurances belges) + 100% Fortis Insurance Ineternational (les assurances internationales) + du cash. Tout cela est 100% viable, mêmes si les mois à venir, comme pour tout le secteur, seront difficiles. C'est aussi 6.4 milliards de capitaux propre, 1.8 milliards de cash. Tant qu'il n'y pas d'accord entre les parties ou de décision judiciaire, les transactions restent figées (les actifs NL restent dans les mains de hollandais et Fortis Banque reste à 99.9% dans les mains de l'Etat belge).

Le Conseil d'administration est, suite au vote de Bruxelles, composé à 50% des administrateurs que Test Achats soutenait avec Deminor & co. Il faudra néanmoins que ces administrateurs soient à nouveau élus vendredi à Utrecht pour que leur nomination soit définitive. Pour Test Achats, il est très important d'avoir un CA indépendant dans lequel on aura confiance pour être sûr et certain que la gestion se fasse dans l'intérêt des actionnaires. Il est toujours donc excessivement important pour les actionnaires de voter vendredi pour Mrs Ugeux et Zegering Hadders.

Pour les épargnants et les clients de Fortis Banque, techniquement, les activités bancaires belges resteront d’abord à 99,9% dans les mains de L’Etat, comme dans d'autres pays européens d'ailleurs sans chantage, ni polémique. Et cette situation prévaudra tant qu’un accord entre les parties ou une décision de Justice ne sera pas venu annuler l’opération. On imagine donc mal, comment l’Etat, désormais plein propriétaire pourrait maintenant justifier au contribuable l’abandon d’une institution qu’il s’interdisait même de laisser tomber, au nom de l’intérêt général, lorsqu’elle était à 100% dans des mains privées! De plus, le ratio de solvabilité de Fortis Banque ne pose aujourd'hui aucun problème.

Pour le contribuable, si les choses tournent malgré tout mal, l'Etat, actionnaire à 100%, et faisant face aux risques systémiques ne pourrait pas laisser tomber la banque. Elle devrait mette inévitablement la main à la poche. C'est juste. Mais aujourd'hui, sauver une banque comme Fortis cela ne se fait pas en injectant des capitaux mais bien en donnant des garanties.... Des garanties qui tant qu'elles ne doivent pas être exécutées (et c'est le but, c'est exactement la même chose quand on garantit les comptes d'épargne jusqu'à 100.000 EUR) sont extrêmement rentables pour les Etats puisqu'ils facturent des charges à au moins 8%/an alors qu'ils se financent à moins de 4.5%.

Dans l'immédiat, le vote "non" au deal BNP Paribas devrait permettre à l'Etat de ne plus avoir à faire face à sa moins value potentielle (environ 5 milliards aujourd'hui) sur ses actions BNP Paribas.

Le message de Test Achats après l'AG s'adresse au gouvernement qui doit prendre ses responsabilités et se mettre autour de la table pour une ultime négociation, mais cette fois avec TOUTES les parties et en toute transparence. Le but est de négocier une meilleure solution (retour des activités d'assurances NL, récupération de 25% de Fortis Banque...)