Dossier

Cybercriminalité et arnaques sur internet

28 février 2017
Cybercriminalité et arnaques sur internet

28 février 2017

Internet a permis à un nouveau genre de fraude de se développer : la cybercriminalité. Leurs auteurs utilisent de nombreuses techniques pour arnaquer les consommateurs un peu trop confiants et s’emparer de leurs données personnelles. Veillez à sécuriser vos données et évitez les comportements à risques.

Infractions variées

La cybercriminalité concerne de multiples types d’infractions, notamment:

  • les atteintes aux systèmes de traitement automatisé de données,
  • les traitements non autorisés de données personnelles, comme la cession illicite d’informations personnelles,
  • les infractions aux cartes bancaires,
  • la pédopornographie,
  • l’incitation au terrorisme ou à la haine raciale,
  • les atteintes aux biens,
  • les escroqueries en ligne,
  • le blanchiment d’argent,
  • le piratage informatique. 

Le plus souvent, les malfaiteurs ne vous en veulent pas personnellement: ils ne vous connaissent pas et ne vous connaîtront jamais. La cybercriminalité s’appuie sur des robots, des outils automatisés, qui détectent les failles de sécurité des systèmes informatiques.

Ce n’est pas pour autant que ces comportements ne sont pas lourdement punissables.

Le hacking par exemple est punissable d’une peine d’emprisonnement de 3 mois à 1 an et/ou d’une amende comprise entre 26 et 25 000€. 

Pour le cyberharcèlement - ou harcèlement obsessionnel – on parle d’un emprisonnement de 1 à 4 ans et/ou une amende maximale de 50 000€.

Malheureusement, ces sanctions n’ont pas l’air de dissuader efficacement les fraudeurs en tout genre que l’on peut retrouver sur le net.