Dossier

Mails frauduleux : cinq signes d’alerte

02 mai 2018
fishing

02 mai 2018
Nous n’insisterons jamais assez : faites attention aux e-mails qui vous demandent – souvent de manière insistante – de cliquer sur un lien ou une pièce jointe, ou de modifier vos données personnelles. Il est bien possible qu’il s’agisse de "phishing". Les signes suivants doivent vous mettre la puce à l’oreille.

Bien que le "phishing", ou hameçonnage, soit une forme d’escroquerie connue, les internautes continuent de recevoir ce genre d’e-mails et de tomber dans le panneau. Ces faux e-mails font partie du top 5 des signalements reçus chaque jour par pointdecontact.belgique.be. Si vous ouvrez une pièce jointe ou un lien malveillant, vous courez le risque d’infecter votre ordinateur avec un virus. En saisissant des données de paiement sur une fausse page web à laquelle un lien renvoie, vous pouvez aussi perdre de grosses sommes d'argent. Un utilisateur averti en vaut deux. Il existe en effet des signes qui doivent éveiller vos soupçons.

Cinq signes (d’un manque) de fiabilité

phishing

1. L’adresse e-mail de l’expéditeur
La partie qui suit le @ devrait se terminer par le nom de domaine du site web officiel, par exemple @kbc.be.

2. L’objet
L’objet n'est pas formulé comme le ferait votre banque ? L’e-mail est rédigé en anglais alors que l’expéditeur communique normalement en français ? Ou la ligne précisant l’objet comporte plusieurs points d’exclamation ? Cela signifie que quelque chose cloche.

3. Vers où les liens renvoient-ils ?
L’e-mail contient-il des liens ? Vérifiez alors s'ils renvoient bien au site web officiel ou au domaine du soi-disant expéditeur : ne cliquez pas sur le lien, mais passez juste dessus avec votre curseur. En bas à gauche de votre écran ou au-dessus de la flèche de votre souris, vous verrez s’afficher l’adresse du site web. Si le lien ne renvoie pas au site web officiel ou si ce n’est pas clair, ne cliquez pas ! 

4. Dans quelle mesure l’histoire est-elle crédible ?
Le fait que vous ayez une chance de devenir millionnaire peut vous sembler plutôt improbable, mais d’autres histoires peuvent aussi être fausses. La police ne vous enverra par exemple jamais une amende par mail. Votre banque vous demande de modifier vos données de paiement ? Jamais par mail !

5. Faites attention aux détails !
Les escrocs ne sont pas des débutants. Pour qu’un faux e-mail ait l’air le plus réaliste possible, ils ajoutent souvent toutes sortes de détails, comme des numéros de téléphone et une adresse. Vérifiez sur le site officiel de l'expéditeur supposé s'ils sont exacts.

Vous avez un doute ?

L’e-mail semble fiable, mais vous n’en êtes pas sûr ? Ne répondez alors en aucun cas au message en question, mais contactez l’expéditeur supposé par téléphone ou sur son adresse e-mail officielle.  


Imprimer Envoyer par e-mail