News

8 questions sur l’installation de panneaux solaires

21 octobre 2022
homme installant des panneaux solaires sur un toit

Avec l’envol des prix de l’énergie ces derniers mois, installer des panneaux solaires devient une option non négligeable pour de nombreux consommateurs. Cela vaut-il vraiment le coût ? Est-ce rentable et comment les installer ? Notre expert en énergie, Philippe Mercier répond à vos questions. 

1. Faut-il placer en priorité des panneaux solaires pour réaliser des économies ?

L’énergie la moins chère est toujours celle que l’on ne consomme pas. L’idéal est donc, dans un premier temps, de réduire un maximum ses besoins de chauffage en isolant et aussi de réduire ses consommations électriques. On peut aussi envisager d’investir dans du photovoltaïque

Dans la mesure où la consommation moyenne belge est de 3500 kWh/an, si on dépasse de façon significative ce niveau, il sera utile de prendre des actions plutôt que de couvrir ce besoin non maitrisé par une production photovoltaïque. Rappelons que ce qui consomme le plus dans une habitation est ce qui produit de la chaleur ou du froid.

On agit donc en général en priorité sur :

  • Le boiler électrique
  • L’électroménager et leurs programmes
  • Une bonne utilisation des électroménagers
  • Limiter la consommation de veille.

2. Est-ce toujours rentable ?

Oui, puisque la rentabilité des installations PV est liée aux prix d’investissement, aux tarifs de l’électricité que l’on évite de consommer ainsi qu’aux tarifs d’injection. 
Actuellement, les tarifs de consommation et d’injection augmentent, la rentabilité s’est accélérée.

En prenant un prix d’investissement dans la moyenne du marché à 1500 euros par kWc on passe de : 

  • 10 ans à 4 ans en Flandres,
  • 5 ans à 3 ans à Bruxelles,
  • 7 ans à 3 ans en Wallonie

3. Et le placement d’une batterie de stockage ?

Il faut considérer une batterie non comme un investissement seul mais comme un élément combiné à une installation photovoltaïque

Lorsqu’on effectue des simulations de rentabilité d’installation photovoltaïques seules et qu’on y ajoute une batterie, on remarque que la rentabilité est impactée négativement. 

À ce jour, avec les conditions du marché et un prix de rachat de l’électricité injectée élevé et proche du prix pour l’électricité prélevée, cet investissement n’est pas intéressant. 


4. Est-ce que les prix des installations ont augmenté du fait de la crise ?

D’après les devis que nous recevons de nos abonnés, il ne semble pas y avoir d’augmentation majeure, des prix proches des 1500 euros du kWc voire inférieur à ce niveau sont encore observés.

D’autres prix bien plus élevés sont également relevés jusqu’à plus de 2000 euros du kWc. Nous recommandons de garder 1750 euros par kWc comme repère à ne pas dépasser.

 

5. Est-ce une bonne idée de les installer en automne/hiver ?

La période d’installation n’a pas vraiment d’impact, le seul bémol pouvant se produire est un report d’installation du fait des conditions de travail (en cas de gel sur les toitures par exemple). 

 

6. Y-a-t-il des arnaques ou pièges à éviter ?

Oui, nous sommes régulièrement interrogés par des abonnés sur des offres rédigées sur place ou par une entreprise qui se présente en porte à porte et qui n’avait pas été contactée par le client.
 
Ces arnaques se présentent généralement de la même manière : un devis sur papier de type carbone et rédigé à la main avec non seulement des panneaux solaires mais aussi un ballon thermodynamique. Le tout assorti d’un crédit à signer sur place. 
 
Le devis porte parfois une mention « étude de faisabilité » ou « audit énergétique » mais aucune mention « devis ou offre ». Il n’y a pas non plus de conditions générales de vente fournies.
 
Les sociétés incriminées connues à ce jour sont Solaire Eco Energy Habitat et RM Solution Group.

 

7. Est-il possible de placer des panneaux dans un immeuble à appartement ? 

Oui, et ce depuis très longtemps. Toutefois, les immeubles étaient peu motivés à en installer puisque ces panneaux étaient raccordés au compteur des parties communes et ne servaient donc que pour ce compteur. Or les consommations des parties communes sont généralement assez faibles. 
 
Par ailleurs, si un copropriétaire souhaite installer son installation privée, il doit demander l’accord de la copropriété et avoir une partie du toit mise à disposition, ce qui n’est pas toujours évident.
 
Depuis l’adaptation du cadre réglementaire sur le partage de l’énergie (2022 en Région flamande et à Bruxelles, ce sera début 2023 en Région wallonne), il est à présent possible de partager l’excédent de production d’une installation commune vers les appartements.
 
Ceci à condition que tous les compteurs des participants soient remplacés par des compteurs communicants. 

 

8. Est-il plus intéressant de louer des panneaux solaires avec une option d’achat ou de passer par un tiers investisseur ?

Les offres de location par entreprise spécialisée ou via des magasins de bricolage ou d’autres grandes enseignes sont une option pour les personnes qui ne pensent pas pouvoir investir. 
 
Cependant, la location coûte deux fois plus cher si on dresse un bilan sur 20 ans comparé à un investissement personnel. 
 
Comment investir dans ce cas ? Vous pouvez, par exemple, vous tourner vers des prêts spécifiques régionaux
 
Si vous décidez de passer par un tiers investisseur, soyez vigilant au contrat. Il faut a minima que l’électricité auto-consommée ne soit pas facturée, que la durée du contrat n’excède pas 10 ans afin de ne pas lier le client sur une trop longue durée à une entreprise tierce. 
 
Si vous comptez racheter l’installation dans quelques années, les frais liés à ce rachat sont pour l’instant prohibitif, il vaut donc mieux contracter un prêt spécifique ou attendre quelques années