L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Chute de cheveux

13 novembre 2014
chute-des-cheveux

13 novembre 2014

Un homme sur deux est confronté à la perte de cheveux. Si vous ne vous y êtes pas résigné, certains médicaments peuvent aider. Les shampoings, les lotions, les vitamines, etc. ne servent toutefois pas à grand-chose.

Maigre consolation pour ceux qui s’arrachent les cheveux, il s’agit en général d’une affection bénigne. L’alopécie androgénétique est la plus courante et est causée par les hormones sexuelles mâles, les androgènes, sur le cuir chevelu. Plus les follicules pileux sont sensibles à ces androgènes, plus la calvitie est importante. Cette sensibilité est déterminée génétiquement. Les follicules s’atrophient au fur et à mesure et ne produisent plus, dès lors, que des cheveux microscopiques.

Ce dysfonctionnement affecte environ 40 % des hommes. En revanche, seuls 6 % des femmes de moins de 50 ans sont concernées par l’alopécie androgénétique féminine. Un pourcentage qui passe à 30 voire à 40 % à partir de 70 ans. La chute de cheveux, qui se manifeste de manière diffuse sur le dessus du crâne, apparaît surtout après la ménopause. Il semble qu’il s’agisse d’un dysfonctionnement multifactoriel, probablement déterminé génétiquement. Le rôle des hormones sexuelles n’est pas entièrement établi.

Dans certains cas, la chute de cheveux ne résulte toutefois pas de l’influence des hormones sexuelles. L’alopécie areata est par exemple une maladie auto-immune qui entraîne la perte des cheveux à des endroits spécifiques. Une amélioration ou la guérison est envisageable dans près de la moitié des cas, mais les récidives sont malheureusement fréquentes. Autre cause possible, la teigne ou pelade, provoquée par un champignon attaquant le cuir chevelu. Cette maladie n’est pas grave, mais est contagieuse et s’attrape par contact avec des animaux ou des enfants atteints.

La chute de cheveux peut en outre être due à des médicaments, par exemple la chimiothérapie, les métaux lourds, les anticoagulants, les antithyroïdiens, les contraceptifs oraux, l’interféron, les rétinoïdes, le danazol ou les anabolisants. Une carence sévère en fer ou en zinc peut également entraîner une perte accrue de cheveux et des problèmes de cuir chevelu. Enfin, le stress peut causer la chute de cheveux, tout comme la dépression, l’anxiété ou un événement traumatique. Mais c’est une erreur de croire que porter une casquette ou un chapeau contribue à la calvitie.


Imprimer Envoyer par e-mail