L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Soins des plaies ouvertes aiguës

10 avril 2014
Soins des plaies ouvertes aigues

10 avril 2014

Tomber à vélo, être mordu par un chien, se brûler au barbecue, marcher sur un clou ou encore se couper le doigt en cuisinant… Il y a mille et une occasions de se blesser. Comment soigner au mieux une plaie? Et quand est-il préférable de voir un médecin?

Les types de blessures

Par "plaie ouverte" on entend les coupures, les perforations et les écorchures. On parle de lésions internes quand il s'agit de contusions et d'ecchymoses sous-cutanée. Ces deux types de blessure peuvent être aiguës ou chroniques. Les escarres, par exemple, sont des plaies dites chroniques.

Soigner en trois étapes

Une plaie doit être soignée de façon correcte, car une plaie ouverte donne libre accès à notre organisme à différents micro-organismes, tels que les bactéries. Ceci peut entraîner des infections sérieuses et, dans le pire des cas, le tétanos. Avant de commencer les soins, demandez-vous s'il ne serait pas préférable de faire appel à un médecin. Si vous soignez la plaie vous-même, lavez-vous d'abord les mains par mesure d'hygiène. Si la plaie saigne, arrêtez le saignement avec un tissu propre ou un pansement.

Les trois étapes du traitement des plaies

  1. Nettoyer: c'est là le plus important! Laver la plaie prévient son infection. Eliminer la saleté de la plaie facilite aussi la guérison et une bonne cicatrisation. Pour la peau autour de la plaie, utilisez un gant de toilette à l'eau et au savon. Pour la plaie elle-même, on dit souvent d'éviter le savon, qui peut en théorie irriter et ralentir la guérison. Cela nous semble très théorique. Veillez simplement à bien rincer à l'eau claire après nettoyage. S'il reste alors encore de la saleté dans la plaie, terminez le nettoyage avec des compresses propres, en allant du centre de la plaie vers l'extérieur. Tamponnez ensuite la blessure pour la sécher.
  2. Désinfecter: les avis sont partagés quant au rôle des produits antiseptiques. Ils peuvent certes être fort utiles dans des cas spécifiques, comme le traitement de plaies chroniques ou dans le contexte d'opérations chirurgicales. Mais tout indique que pour les petites plaies que l'on peut soigner soi-même à domicile, les antiseptiques ne servent strictement à rien! Il n'est même pas exclu qu'ils fassent plus de tort que de bien, car certains antiseptiques peuvent en théorie endommager les cellules et ralentir la cicatrisation. Quoi qu'il en soit, si vous pensez malgré tout qu'il vous faut absolument un antiseptique dans votre armoire à pharmacie, alors autant en choisir un qui combine une action désinfectante optimale avec un risque d'effets indésirables aussi faible que possible. De ce point de vue, les antiseptiques les plus recommandables sont les solutions aqueuses à base de polyvidone iodée ou à base de chlorhéxidine. Les autres substances "désinfectantes", comme l'alcool, l'eau oxygénée, l'éosine, la sulfadiazine d'argent, etc., sont moins indiquées. Quant à l'éther, ce n'est pas un désinfectant.
  3. Protéger: il est démontré que les blessures sérieuses (qui nécessitent une aide médicale) guérissent mieux dans un environnement humide et doivent donc être recouvertes. C'est moins important pour les plaies légères, mais mieux vaut quand même les protéger contre les frottements et la saleté par un pansement.

Quand faut-il consulter un médecin?

  • Vous perdez beaucoup de sang et que le saignement ne s'arrête pas, même après avoir fait pression dessus. 
  • La blessure est étendue et profonde (la couche de graisse et les muscles sont touchés), même si cela ne saigne pas très fort. 
  • La blessure nécessite des points de sutures. 
  • Des signes d'infection apparaissent (douleur, chaleur, rougeur de la plaie, gonflement, fièvre). 
  • Un corps étranger s'est logé dans la blessure et que vous n'êtes pas en mesure de l'enlever vous-même. 
  • Il s'agit d'une plaie à risque pour le tétanos. La bactérie du tétanos pénètre dans l'environnement (sol, immondices...) par les excréments de certains animaux et peut atteindre l'homme à travers une plaie. Les plaies à risque pour le tétanos sont les morsures, les plaies profondes salies par de la terre ou des excréments, les plaies perforantes encourues en jardinant... Si votre dernier rappel du vaccin antitétanique remonte à plus de 10 ans, il est plus prudent de vite voir un médecin qui pourra éventuellement aussi vous injecter des anticorps de prévention (appelés immunoglobulines).

Quelques conseils pratiques

  1. N'utilisez pas plusieurs antiseptiques en même temps. Cela n'a aucun intérêt et ne fait qu'augmenter le risque d'effets indésirables, comme les réactions allergiques cutanées. 
  2. Evitez tout contact direct entre l'ouverture du flacon d’antiseptique et la plaie, pour limiter le risque de contaminer la solution elle-même. 
  3. Préférez les unidoses. L'emballage est en plastique et donc moins dangereux. Ils sont jetables après la première utilisation et réduisent le risque de contamination. 
  4. Tenez les antiseptiques à l'écart des enfants et préférez les conditionnements qu'ils ne peuvent pas ouvrir.

Imprimer Envoyer par e-mail