News

Tous les casques vélos ne sont pas bons

26 juin 2018

26 juin 2018
Notre test de casques vélo montre que pas moins de 13 des 22 casques testés présentent un grand risque de lésion. Alors qu’ils remplissent les conditions de sécurité européennes. Nous conseillons tout de même le port du casque.

Protection indispensable

L’an dernier, près de 9200 cyclistes ont été victimes d’un accident en Belgique. Plus de quarante d’entre eux sont décédés sur place. Sachant que 80% des décès lors d’un accident de vélo sont la suite d’un traumatisme crânien, les casques vélo peuvent sauver des dizaines de vies chaque année.

C’est pourquoi nous avons testé une série de casques. Nous avons utilisé une méthode développée par l’Université de Strasbourg, qui permet d’évaluer de manière à la fois scientifique et réaliste l’impact subi par la tête du cycliste. Mais seuls 13 des 22 casques ont pu absorber l’impact quand la tête du cycliste heurte le sol à une vitesse supérieure à 20 km/h. Pourtant, il vaut mieux porter un casque. En cas de chute moins grave, ces casques peuvent offrir une protection.

Découvrez les résultats des tests

Les normes de sécurité pour les casques vélo datent de 1997. Notre enquête montre qu’elles sont dépassées. L’Union européenne doit tirer les conclusions qui s’imposent et adapter ses normes pour assurer une plus grande sécurité aux usagers faibles.

Rendre obligatoire ou non?

A l’occasion de notre test de casques vélos pour enfants, nous avons organisé une enquête: le port du casque de vélo doit-il être rendu obligatoire? La question fait débat depuis de nombreuses années. 61% des personnes ayant participé à cette enquête sont en faveur de l’obligation du port du casque pour tous. Un quart des répondants estiment que seuls les enfants devraient être astreints à porter le casque vélo. 

Les organisation d’usagers du vélo ne sont pas favorables à l’obligation pour les adultes. Elles craignent que cela ait un effet dissuasif sur la pratique du vélo. Or, faire moins de vélo, c’est vivre moins sainement, estiment-elles, et d’autre part, moins il y a de cyclistes dans la circulation, moins les conducteurs sont attentifs à ces usagers faibles. L’expérience de pays de vélo comme le Danemark et la Hollande montre en effet que, plus il y a de cyclistes, moins il y a d’accidents.