L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Des commerces se mobilisent face à l’excès de déchets plastique et alimentaires

25 juin 2019

25 juin 2019
Nos poubelles sont pleines de déchets plastiques et alimentaires qui représentent un coût majeur pour l’environnement. Pour enrayer ce fléau, des initiatives telles que les magasins « zéro déchet » fleurissent et offrent une solution au consommateur qui veut réduire sa production de déchets. 

Le constat est sans appel : nous produisons trop de déchets. Les chiffres le prouvent; un ménage belge produit en moyenne 365kg de détritus chaque année. Les plus néfastes sont les déchets plastique jetables qui ne se recyclent pas et qui polluent nos océans. 

Le gaspillage alimentaire fait également partie du problème. En Europe, environ 20% de la production alimentaire est jetée à la poubelle (88 millions de tonnes), un coût énorme pour l’environnement.

Magasins « zéro déchet »

Pour contrer ces fléaux, des épiceries « zéro déchet » ont fait leur apparition. Il s’agit des magasins sans emballages qui vendent un grand nombre de produits en vrac. Le consommateur apporte des contenants réutilisables (bocaux, boîtes, sacs en tissu, etc.) qu’il remplit lui-même. 

Grâce à cela, le consommateur réduit, voire supprime l’usage d’emballages. Il réduit également le volume d’aliments qu’il jette, car il n’achète que les portions dont il a besoin. Par ailleurs, ces épiceries offrent dans la plupart des cas des produits bio, locaux et de saison; beaucoup plus respectueux de l’environnement.

Ce sont pour ces objectifs de durabilité que nous soutenons ces enseignes et l’expansion de la vente en vrac, en général.

Montrer l’exemple aux supermarchés

Le concept connaît d’ailleurs un succès grandissant. Lors d’une enquête auprès d’un panel de consommateurs, 69% des répondants ont indiqué être intéressés par les magasins « zéro déchet ». Par ailleurs, en choisissant ce type de commerces, les consommateurs montrent aux supermarchés l’exemple à suivre.

Certains d’entre eux commencent à vendre des fruits et légumes en vrac et ont remplacé les sacs en plastique par des sacs en papier ou des sacs en coton réutilisables. Des initiatives encourageantes que nous soutenons, même s’il est nécessaire qu’ils aillent plus loin.

L’huile d’olive en vrac interdite par la loi européenne

En visitant ces enseignes « zéro déchet », nous avons toutefois constaté que l’huile d’olive se vendait en vrac. Or, cela est interdit par la réglementation européenne dans un but anti-fraude. Nous avons interpellé quelques-uns des magasins visités à ce sujet. Les réactions des commerçants ont été très constructives. Certains, mal informés, nous ont promis de rectifier le tir. Toutefois, ils ont trouvé dommage de ne pas pouvoir proposer en vrac un produit aussi courant que l'huile d'olive. 

Nous les soutenons sur ce point et nous plaidons auprès des institutions européennes pour qu’elles prévoient des aménagements dans la loi afin que la vente d'huile d'olive en vrac puisse se poursuivre. 

À vous de jouer

Si vous voulez pouvoir en faire davantage pour consommer de manière plus responsable, consultez nos dossiers qui vous informeront sur les bons réflexes à adopter à la maison et au supermarché afin de consommer plus durablement. Découvrez également tous nos conseils pour réduire le gaspillage alimentaire au quotidien.