News

Nos soins médicaux coûtent-ils trop cher ? Suivez le guide pour des soins abordables

22 mars 2022
tirelire cochon transparent avec de la monnaie

Avec la montée en flèche des prix de l'énergie, du carburant et de nombreuses denrées alimentaires, certaines personnes reportent leurs soins médicaux faute de moyens. Notre experte en santé, Martine Van Hecke, énumère toutes les options permettant de réduire au maximum la facture de votre médecin ou de l'hôpital, sans pour autant compromettre les soins.
Glass.Mapper.Sc.Fields.Image
Martine van Hecke
Expert en santé
En choisissant des prestataires de soins conventionnés qui respectent les tarifs officiels, vous évitez de payer des suppléments exorbitants. À l'hôpital aussi, il vaut mieux opter pour des soins conventionnés, car en cas d'hospitalisation, la facture peut être assez lourde.

Lorsque les factures s'accumulent, les dépenses incontournables telles que le loyer, le chauffage et la nourriture passent souvent avant les soins médicaux. Mais ceux qui reportent les soins à court terme risquent seulement d'aggraver leurs problèmes de santé (et les coûts associés) à long terme... Heureusement, des options existent pour que vos factures de santé restent abordables. En voici huit.

Économisez sur vos médicaments

Optez pour les praticiens conventionnés

Le montant que vous payez pour une visite chez un médecin, un dentiste, un physiothérapeute, un psychologue ou un autre prestataire de soins de santé dépend du statut du prestataire : s'il est conventionné ou non. Un prestataire de soins de santé conventionné s'engage auprès des mutuelles à ne pas facturer plus que les tarifs officiels.
 
Concrètement, cela signifie que vous ne payez aucun supplément d’honoraires. Ce n'est pas un détail sans importance, car votre mutuelle ne vous le rembourse pas. Dans le cas d'un prestataire de soins non conventionné, la part à payer par le patient sera donc plus élevée que dans le cas d'un prestataire de soins conventionné. Demandez à votre prestataire de soins de santé s'il est conventionné lorsque vous prenez rendez-vous, ou vérifiez-le sur le site web de l’INAMI. Vous pouvez économiser beaucoup d'argent en choisissant - si possible - un prestataire de soins de santé conventionné. Les tarifs officiels des services les plus courants se trouvent dans notre dossier.

 

Voir les tarifs officiels

 

Veuillez noter que pour certains prestataires de soins, il peut être difficile de trouver quelqu'un dans près de chez vous qui respecte les tarifs convenus. C'est surtout chez les dentistes (spécialisés), les ophtalmologues et les dermatologues que l'on constate une pénurie de conventionnés dans certaines régions. Les psychologues conventionnés ne sont pas inclus dans le modèle de l’INAMI, mais notre dossier peut vous aider dans votre démarche.

Enfin, il existe aussi des situations où vous ne pouvez pas choisir votre propre prestataire de soins, par exemple lorsque votre médecin envoie un échantillon de sang à un laboratoire pour analyse. Vous pouvez cependant faire placer une note dans votre dossier médical indiquant que vous souhaitez que toutes vos analyses soient effectuées par du personnel conventionné. Demandez une copie écrite de ce document.

Demandez l'application du tiers payant

La mutuelle paie la majeure partie de votre consultation chez un médecin, un dentiste ou un autre prestataire de soins ; en tant que patient, vous ne payez que le ticket modérateur. Jusqu'à récemment, cependant, vous deviez avancer la totalité du montant et attendre que la mutuelle vous rembourse. Certains groupes pouvaient déjà bénéficier du système du tiers payant, qui a finalement été généralisé.

Depuis le début de l'année 2022, les prestataires de soins de santé sont autorisés à appliquer à tous le système du tiers payant, selon lequel les patients ne doivent payer que le ticket modérateur lors de la consultation. La mutuelle règle ensuite le reste du montant directement avec le prestataire de soins. Veuillez noter qu'il appartient à ce prestataire de décider de l'application de ce système. Cependant, rien ne vous empêche de le demander.

Les dentistes qui travaillent avec le système de tiers payant sont d'ailleurs obligés d'utiliser les tarifs officiels (convention). Ils ne sont donc pas autorisés à facturer des suppléments.

Vérifiez si vous avez droit à une intervention majorée

Les personnes à faible revenu paient un ticket modérateur moins élevé. Ce régime s'appelle l'intervention majorée (IM) et s'applique à toute la famille. Les personnes qui vivent d'allocations bénéficient automatiquement de ce droit. Cela se reconnaît aux vignettes de votre mutuelle : si le code au bas de ces vignettes se termine par 1, vous bénéficiez d'une intervention majorée.
 
Même si votre revenu brut imposable de l'année écoulée est inférieur à un certain seuil, vous pouvez prétendre à une intervention majorée. Vous devez en faire la demande vous-même auprès de votre mutuelle. Si vous souhaitez le faire cette année, vos revenus pour 2021 ne doivent pas dépasser 20 292,59 €, majorés de 3 756,71 € par membre supplémentaire de la famille.
 
Pour le calcul, votre mutuelle tient compte non seulement des revenus professionnels ou de remplacement et des pensions, mais aussi des revenus mobiliers et immobiliers et de la pension alimentaire. En revanche, les revenus tels que les allocations familiales ne sont pas comptabilisés.
 
Un régime plus favorable est prévu pour les familles monoparentales, les retraités, les invalides, les personnes titulaires d'une pension de survie et les personnes malades depuis plus d'un an. Elles doivent seulement prouver le revenu brut imposable du mois précédent. Converti en base annuelle, votre revenu en 2022 ne peut dépasser 22 762,17 €, majoré de 4 131,28 € par membre supplémentaire de la famille.
 

Adaptez votre mutuelle à vos besoins

Grâce à notre module, vous pouvez découvrir la mutuelle la mieux adaptée à vos besoins en matière de santé. Par exemple, une mutuelle paiera davantage pour l'achat de lunettes par le biais de l'assurance complémentaire, une autre paiera davantage pour les soins psychologiques. En fonction des soins dont vous avez besoin, une caisse d'assurance maladie peut être plus intéressante qu'une autre.

ÊTES-VOUS AUPRÈS DE LA BONNE MUTUELLE ?

Pour les traitements coûteux (non remboursables), tels que les appareils dentaires ou les implants dentaires, il est toujours préférable de demander un devis à l'avance afin de savoir à quoi vous vous engagez.

Limitez votre facture d'hôpital

L'hospitalisation peut représenter une lourde charge. Grâce à nos conseils, vous pouvez limiter la facture.
  • N’optez pas pour une chambre individuelle. Non seulement vous payez un supplément pour la chambre même, mais vous risquez surtout de vous voir imposer les suppléments d’honoraires de tous les médecins qui vous traitent. Selon une analyse de la MC en 2018, vous avez payé 1 619 € de votre poche en chambre particulière, contre 278 € pour une admission en chambre double ou commune. Les hôpitaux doivent mentionner les suppléments sur le document d'admission ; mieux vaut donc le lire attentivement. Notre dossier vous aide à reconnaître les pièges.
CES COÛTS QUI FONT GRIMPER VOTRE FACTURE D'HÔPITAL
 
  • Comparez les hôpitaux (s'il s'agit d'une intervention planifiée). Les suppléments varient beaucoup d'un hôpital à l'autre. Plusieurs hôpitaux fournissent des estimations de coûts pour certaines interventions sur leurs sites web ; sur les sites web de diverses caisses d'assurance maladie (par ex. MC, FMSB, Partenamut) vous pouvez là aussi comparer les tarifs. Bien entendu, vous pouvez également contacter directement l'hôpital pour obtenir une estimation personnelle des coûts.
  • Vérifiez les frais couverts par votre assurance hospitalisation. Si vous avez une assurance hospitalisation, vérifiez à l'avance quels sont les frais couverts et ceux qui ne le sont pas. Si vous ne disposez pas (encore) d'une telle assurance, vérifiez si cela vaut la peine d'en souscrire une et quelle assurance correspond le mieux à votre profil. Même si vous n'avez pas d'assurance hospitalisation, certaines mutuelles interviennent en cas d'hospitalisation. Assurez-vous-en à l'avance.

L'ASSURANCE HOSPITALISATION, QUELQUE CHOSE POUR VOUS ?

 

  • Optez également pour un médecin conventionné à l'hôpital. Cela fait une différence sur la facture de vos consultations avant et après l'opération.
  • Veuillez informer l'hôpital le plus rapidement possible si vous n'êtes pas en mesure de payer la facture. Plus vous attendez, plus vous créez de problèmes (et de coûts supplémentaires). Si nécessaire, vous pouvez convenir d'un plan d'échelonnement avec l'hôpital ou solliciter une intervention auprès du CPAS. 

Protégez-vous par le maximum à facturer

Le maximum à facturer (MAF) est un plafond pour vos dépenses médicales. Il garantit qu'une famille n'aura pas à dépenser plus que ce montant maximum pour les soins médicaux, et constitue une incitation importante à ne pas reporter les soins médicaux urgents. Si vous payez plus pour des soins au cours d'une année donnée, votre mutuelle vous remboursera automatiquement ces frais sur une base mensuelle. Vous n'avez aucune démarche à faire vous-même.
En fonction de votre situation familiale, il existe quatre types différents de maximum à facturer. Veuillez noter que tous les coûts ne sont pas pris en compte pour le maximum à facturer.

Faites établir un dossier médical global

Un dossier médical global regroupe toutes vos données médicales en un seul endroit. Si vous êtes attentif aux détails, vous pourrez réaliser de petites économies lors de vos consultations. Avec un tel dossier médical global, vous payez 4 € pour chaque consultation au lieu de 6 €. Ceux qui ont droit à une intervention majorée paient 1 € de ticket modérateur au lieu de 1,5 €. Pour les plus de 75 ans et les malades chroniques, il existe également une réduction de 30 % pour une visite à domicile.

L'établissement d'un tel dossier coûte 32 €, mais il est directement pris en charge par votre mutuelle. En tant que patient, vous n'avez pas à payer pour cela. Il vous suffit de demander à votre médecin d'en ouvrir un. En outre, un tel dossier donne à votre médecin une image globale de votre santé, ce qui lui permet de mieux juger des examens ou des traitements nécessaires. Vous n’avez donc qu’à y gagner et cela ne vous coûte rien.