News

Vaccins corona : qui tire son épingle du jeu ?

11 décembre 2020

Alors que certaines entreprises pharmaceutiques se sont engagées à proposer leur vaccin à prix coûtant, d’autres ambitionnent clairement une substantielle marge bénéficiaire. Etant donné que les recherches portant sur le vaccin ont été largement financées par des fonds publics, ces firmes mangent à plusieurs rateliers.

Les vaccins actuellement en attente d’approbation par l’ Agence européenne des Médicaments (EMA), en l’occurrence ceux de BioNTech/Pfizer et Moderna, tablent clairement tous deux sur des bénéfices. Ceux de BioNTech/Pfizer coûteraient 31 € pour les deux doses nécessaires, celui de Moderna pouvant même atteindre de 42 € à 62 € pour deux doses. Multipliez cela par les millions de doses vendues à court terme et vous aurez vite compris que certaines firmes pourraient s’en mettre plein les poches. 

Pour tout savoir sur les vaccins contre le corona, consultez notre dossier complet.

Vers le dossier vaccins corona 

Bénéfices garantis

Il est cependant vrai qu’il a été annoncé dans les médias que les vaccins contre la COVID 19 seraient gratuits en Belgique. Ce sera dès lors notre système d’assurance-maladie, et donc indirectement le citoyen, qui aura à régler la facture salée. 

Si, pour les médicaments classiques, nous payons déjà deux fois, il se peut que nous aurons à payer trois fois pour les vaccins contre le corona avec la donne actuelle : une fois via la recherche et la production subventionnées par des fonds publics, une deuxième fois via l’assurance-maladie, et éventuellement une troisième fois via la clause de responsabilité.

Les investissements publics doivent déboucher sur des vaccins abordables

Par rapport aux autres vaccins contre le corona en cours d’élaboration, ceux de BioNTech/Pfizer et Moderna sont particulièrement chers. Ces entreprises ambitionneraient les bénéfices, tandis que d’autres sont disposées à ne porter en compte (temporairement) que le seul prix coûtant. En raison de la situation exceptionnelle dans laquelle nous nous trouvons, cela nous semble tout à fait normal. Les investissements publics pour le développement et la production de ce vaccin devraient à nos yeux déboucher sur des produits abordables.

Ainsi, le vaccin d’Oxford/AstraZenica ne devrait coûter que 6 € pour les deux doses, et Johnson & Johnson et Sanofi/GSK ont fait part de leur volonté de maintenir leur prix sous les 10 €. Elles souhaitent ainsi rentrer dans leurs frais, sans réaliser de bénéfices sur le dos de la société. Pour cela, les firmes doivent néanmoins faire preuve de clarté au sujet de leurs coûts réels. Ce n’est qu’alors que nous pourrons vérifier si elles ont tenu cette louable promesse.