Dossier

Dangereuse, la 5G ?

Quels sont les effets possibles ?

Les ondes radio ne provoquent pas directement le cancer

Il existe deux catégories importantes d’ondes au sein du spectre électromagnétique. D’une part, les ondes à haute fréquence qui contiennent suffisamment d’énergie pour attaquer l’ADN des cellules du corps. Ce qui pourrait entraîner un cancer. Cela ne concerne que les rayons UV, les rayons X et les rayons gamma. Il est alors question de rayonnement ionisant. D’autre part, vous avez les ondes à basse fréquence, trop faibles pour provoquer des dommages directs à l’ADN, c’est le rayonnement non-ionisant. Le rayonnement utilisé pour la téléphonie mobile appartient à cette catégorie, tout comme celui des micro-ondes, de la radio ou de la télé.

Les ondes radio sont capables de réchauffer légèrement votre corps

Elles peuvent légèrement augmenter la température des cellules du corps en cas d’utilisation prolongée. Ce réchauffement est toutefois de nombreuses fois plus faible que les variations de température naturelles du corps. Il est généralement admis que des dommages irréversibles pourraient survenir à partir d’une augmentation de 1°C dans le noyau du corps. Cependant, les limites de rayonnement pour les pylônes et téléphones mobiles établies par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non-ionisants sont près de cinquante fois plus sévères. Et elles le sont encore davantage en Belgique.

Les ondes radio n’ont aucune effet négatif sur la santé à long et moyen termes

Toutes les études menées à ce jour mènent à la conclusion qu’à court et moyen termes, soit environ 20 ans, il n’existe aucune preuve que le rayonnement des téléphones mobiles ou des pylônes pourrait provoquer des effets sur la santé comme le cancer, des troubles du sommeil, la stérilité.

Qu’en est-il à long terme ?

Impossible d’affirmer quoi que ce soit pour le plus long terme, soit environ 50 ou 60 ans. Il se peut que des problèmes de santé encore inconnus puissent apparaître en cas d’utilisation intensive prolongée. Mais d’autres études sont encore nécessaires avant de pouvoir se prononcer définitivement à ce propos. Quoi qu’il en soit, nous pouvons affirmer que s’il existe réellement un risque, il est extrêmement réduit et lié à une exposition intensive et prolongée aux ondes radio. Nous l’aurions, sinon, détecté depuis belle lurette.

Il ne serait pas réaliste de s’attendre à ce que la téléphonie mobile soit mise entre parenthèses en attendant des recherches plus approfondies. Cette technique est tellement bien ancrée que même en cas d’apparition de problèmes de santé, il serait impensable de revenir au temps des téléphones fixes.

Et ne perdons pas de vue que la téléphonie mobile sauve aussi des vies au quotidien. Les services d’urgence sont devenus bien plus facilement joignables, les emplacements des accidents peuvent être transmis avec beaucoup plus de précision.

En attendant de futures recherches, vous pouvez toujours utiliser votre téléphone mobile avec plus de prudence. C’est une source de rayonnement bien plus importante que les pylônes puisque votre téléphone se trouve beaucoup plus près de votre visage. Utilisez par exemple plus souvent vos écouteurs et évitez de téléphoner à des endroits où la couverture n’est pas optimale. Ne vous laissez par contre pas berner par la peinture, les vêtements ou même les vacances « anti-ondes ». Ce ne sont que des miroirs aux alouettes qui jouent sur vos craintes.