Dossier

Dangereuse, la 5G ?

26 mars 2020
Pourquoi la 5G n'est pas si dangereuse que ça

La 5G est en chemin. Ce qui explique l’invasion de messages mettant en garde contre la nocivité de ces ondes pour la santé de l’homme. Et ces rumeurs ont le chic pour susciter injustement de l’inquiétude. En effet, aucune preuve scientifique convaincante n’est encore venue corroborer l’affirmation selon laquelle ces ondes sont dangereuses pour notre santé.

Voici pourquoi il n'y a pas d'inquiétude à se faire

Les ondes des téléphones mobiles et des pylônes d'antennes émettrices sont dangereuses. Et la 5G l’est encore plus. C’est ce que veulent faire croire certains messages. Après examen de toutes les recherches scientifiques internationales, l’inquiétude ne semble pourtant pas de mise. Voici quatre arguments qui vous expliquent pourquoi vous ne devez pas vous faire de soucis.

1. Il n’existe aucune preuve scientifique convaincante concernant d’éventuels effets sur la santé

Le principal argument est incontestablement qu’à ce jour, il n’existe pas suffisamment de preuves scientifiques attestant d’un lien de cause à effet entre les ondes des téléphones mobiles et des pylônes et d'éventuels effets sur la santé comme le cancer. 

En outre, le fait est que plus le temps a passé depuis l’introduction du téléphone mobile, plus les arguments en faveur de sa sécurité ont augmenté. Malgré la hausse spectaculaire du nombre de téléphones mobiles au cours de ces vingt dernières années, on ne constate aucune augmentation de l’incidence de certains types de cancer associés aux ondes émises par les téléphones mobiles et les pylônes d'antennes émettrices. Cette constatation confirme la conclusion qu’il n’y a aucune inquiétude à avoir.

Si un effet devait malgré être resté sous le radar à ce jour, soyez assuré qu’il s’agit d’un risque mineur et qu’il ne fera son apparition que dans un sous-groupe limité de la population, en l’occurrence chez des personnes fortement exposées au rayonnement des téléphones mobiles et des pylônes pendant une longue période.

Nous reviendrons dans ce dossier sur de possibles effets sanitaires des ondes des téléphones mobiles et des pylônes. Nous vous dévoilerons sur quoi se basent les messages inquiétants colportés par les médias.

2. Les avancées technologiques permettent de réduire l’intensité des ondes

Il faut bien se rendre compte que nous devons pour l’instant nous baser sur les études scientifiques menées il y a plus de dix ans. Et si la technologie n’a cessé d’évoluer depuis, c’est dans la bonne direction. Les smartphones actuellement utilisés disposent déjà de la 3G ou de la 4G. L’intensité des ondes qu’ils émettent est bien moins élevée que celle de leurs prédécesseurs (1G et 2G), surtout lorsque le réseau présente une bonne couverture. Par conséquent, le risque actuel d’effets néfastes sur la santé est probablement bien plus bas que ce qui était décrit dans les études menées il y a dix ans.

De plus, la 5G nécessitera des émetteurs bien plus petits dont le rayonnement sera d’une intensité encore plus faible. Par ailleurs, des antennes 5G intelligentes veilleront à ce que les principales personnes exposées aux ondes soient les utilisateurs actifs, épargnant grandement les personnes se trouvant aux alentours. 

Nous vous expliquerons ensuite par le menu ce qu’est exactement la 5G  et en quoi cette nouvelle technologie diffère de ses prédécesseurs, les 2, 3 et 4G.  

3. Nous collons beaucoup moins souvent nos smartphones contre notre visage

En comparant notre utilisation actuelle d’un smartphone avec celle d’il y a quelques années, on constate une nette différence. De nos jours, nous utilisons bien plus souvent des casques et systèmes mains-libres. Nos appareils servent significativement plus souvent pour le surf, la visiophonie et l’envoi de sms que pour passer des appels. La distance par rapport à notre visage est par conséquent plus grande, réduisant d’autant plus l’exposition. Le risque actuel est dès lors sans aucun doute encore plus faible que ce qui était décrit dans des recherches précédentes étudiant la corrélation entre les ondes et certains cancers du cerveau.

4. Les limitations des ondes dans notre pays sont très sévères

Les ondes des téléphones mobiles et des pylônes sont invisibles à l’œil nu, ce qui explique sans doute les craintes qu’elles nous inspirent. Si ce type d’ondes n’est pas visible, il n’en est pas moins réglementé. Les limites internationales sont sévères, et elles le sont bien plus encore en Belgique, environ 50 fois plus à Bruxelles. 

La page suivante fait le point sur les limites de rayonnement actuelles.  

Toujours pas rassuré(e) ?

Ces arguments ne suffisent pas à vous rassurer ? Pourquoi ne pas appliquer vous-même le principe de précaution ? A commencer par utiliser votre téléphone mobile avec plus de discernement. C’est une source de rayonnement bien plus importante que les pylônes, puisque votre téléphone se trouve beaucoup plus près de votre visage.

Utilisez plus souvent vos écouteurs et évitez de téléphoner dans des endroits où la couverture n’est pas optimale. Cela réduira encore d’éventuels risques non détectés.

Que penser des vêtements ou des "lieux de villégiature" anti-ondes ? Vous saurez tout dans ce dossier.

Vous avez la sensation d’être particulièrement sensible aux ondes ? Découvrez leurs secrets dans cette page.