L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Oeufs de poule et oeufs en chocolat, Pâques sans crise de foie

31 mars 2021
Oeufs de poule et oeufs en chocolat, Pâques sans crise de foie

Mmmh, Pâques, son week-end prolongé, ses œufs mollets pour le brunch du dimanche, son gigot d'agneau et ses asperges du lundi et, bien sûr, son orgie de chocolat de toutes les couleurs. Un délice qu'il va falloir un tantinet gérer si on veut éviter de se fritter avec son foie. Nos conseils pascals.

On annonce un week-end chargé sur nos voies digestives. De gros ralentissements sont notamment à prévoir à hauteur du foie et de la vésicule. Bison rouge conseille de lever (légèrement) le pied sur la consommation d'œufs de poule et de lapins en chocolat. Des amendes sous forme de crises de foie carabinées sont en effet à prévoir.

Des œufs à toutes les sauces

C'est un des week-ends festifs préférés des Belges, après Noël, que nous nous apprêtons à vivre : Pâques et son cortège de plaisirs pour les papilles, dont même un coronavirus mal luné ne pourra nous priver une seconde fois. Sous les timides premiers rayons de soleil du printemps, nous dégustons souvent des œufs, et pas seulement en chocolat : œufs mimosa, asperges primeurs à la flamande, œuf poché ou encore mollet accompagné de ses mouillettes, s'invitent généralement au menu. On veillera bien sûr à ce qu'ils soient de première fraîcheur et on les conservera au frigo, dans leur emballage d'origine, pour éviter les salmonelles.

Combien peut-on en manger par personne ? On conseille généralement de ne pas dépasser une moyenne de 6 sur la semaine, y compris les œufs « invisibles », c'est-à-dire contenus dans des préparations comme la mayonnaise et les pâtisseries. Un taux de cholestérol élevé (le jaune d'œuf en contient pas mal) ne constitue plus forcément une contre-indication : avec l'évolution des connaissances scientifiques, les recommandations ont changé, on sait que c'est l'excès d'acides gras saturés dans certains aliments qui constitue la première cause d'hypercholestérolémie.

Lire notre dossier sur les œufs

Intéressants pour la santé

On dit souvent de l'œuf qu'il est un « aliment complet » et que ses protéines « peuvent remplacer celles de la viande ». En ces temps de flexitarisme, voilà qui ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd ! Mythe ou réalité ? Les œufs sont en effet riches en nutriments, principalement en protéines et en graisses. Celles-ci se trouvent dans le jaune et sont en grande partie insaturées, ce qui est une bonne nouvelle. L'œuf contient également de nombreuses vitamines (B12, D, A, B2, etc.) et minéraux (phosphore, sélénium, fer, zinc, etc.). Les protéines, le fer et la vitamine B12 font donc des œufs un substitut complet de la viande (et sans être caloriques, un œuf moyen = 90 kcal). On conseille généralement aux végétariens de les combiner avec des légumineuses pour élargir davantage le spectre de nutriments ainsi disponibles.

Mais ne dit-on pas aussi du chocolat qu'il a des bienfaits pour la santé ? Un petit carré de chocolat noir a certes des vertus, un panier plein à ras bord d'œufs en chocolat, c'est la crise de foie en vue. C'est sa richesse en magnésium qui confère au chocolat sa réputation, entre autres, d'aliment bon pour le moral. Mais à trop en manger, c'est kilos garantis et... déprime assurée.

Mieux vaut donc se limiter à quelques œufs de Pâques mais de très bonne facture, réalisés à partir de fèves de cacao haut de gamme dont nos chocolatiers belges ont le secret, qu'on laissera fondre lentement sur le palais pour les déguster en pleine conscience. Et tant pis pour les petits œufs blancs ou ceux au lait aux multiples fourrages, qui apportent sucre et graisses, et peu ou pas de cacao en poudre. Trop tard ? Vous avez dévoré toute la cargaison d'oeufs à la ganache, crème, éclats de biscuit et beurre salé lâchée par les cloches cette année ? Si vous voulez perdre quelques kilos en vue de l'été, ne vous lancez pas tête baissée dans le premier régime venu.

Vers notre dossier sur les bonnes résolutions de 2021

Haro sur le gaspillage

Enfin, en cas de chasse aux œufs, même en bulle restreinte, on partage le butin à la fin du parcours pour éviter le gaspillage alimentaire. Que celui qui n'a jamais retrouvé d'oeufs de Pâques au fond d'une armoire, la veille de Saint-Nicolas, parce que Junior avait doublé tout le monde au printemps précédent, lève le doigt.

Et non, on n'en donne pas à Médor, même s'il bave en nous regardant déballer un petit œuf : la théobromine contenue dans le cacao peut s'avérer extrêmement toxique pour nos compagnons à quatre pattes.

 

 

 

 

 

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

Commentaires

Soyez le premier à commenter