Dossier

Voici l’effet de l’alcool sur notre santé: consommation-alcool

03 février 2022
alcool-et-sante

Que se passe-t-il exactement dans notre corps lorsque nous buvons ? Combien de calories représente un verre ? Quand l’alcool devient-il problématique, voire même une dépendance ? Vous trouverez toutes les réponses dans ce dossier. Et si vous souhaitez diminuer votre consommation d’alcool après toutes ces informations, nous vous expliquons aussi comment faire.

Un verre de moins ?

Avant de commander de l’alcool ou d’ouvrir une bouteille, demandez-vous si vous le faites surtout par habitude. À moins que votre consommation d’alcool ne soit surtout liée à certaines activités ou personnes ? Après avoir pris conscience de la raison et des moments de votre consommation, il vous sera plus facile de développer des stratégies qui vous aideront à la réduire.

Demandez-vous honnêtement ce que vous feriez si vous n’aviez pas d’alcool sous la main et faites ceci à la place : lisez un livre, prenez le temps de téléphoner à un ami, prenez une douche, faites le tour du pâté de maison...

Essayez de ne pas avoir d’alcool en réserve à la maison et évitez les situations où de l’alcool est consommé, vous éviterez ainsi bien des tentations. Vous pouvez éventuellement noter votre consommation pendant quelques semaines : ce qui est marqué noir sur blanc peut difficilement être nié.

Lancez-vous un défi

Un challenge consistant à vous imposer une période d’abstinence peut vous aider à réduire votre consommation. Chaque année, des dizaines de milliers de Belges s’engagent à ne pas boire d’alcool en février, comme une sorte de « réinitialisation ». Des initiatives telles que Tournée Minérale permettent de constater à quel point notre vie (sociale) est imprégnée d'alcool et de promouvoir une consommation responsable.

Beaucoup de participants persévèrent ensuite dans la réduction de leur consommation. On peut le remarquer dans les supermarchés et sur les menus, où l'éventail des alternatives sans alcool n’a jamais été aussi large. Dès lors, rien ne vous oblige à vous contenter d’eau plate ou de jus de fruits, puisqu’il existe suffisamment de bières 0 %, de cavas sans alcool ou de mocktails pour contenter vos papilles gustatives. Voici quelques conseils pratiques pour boire moins sans devoir tempérer les festivités.

Pour les fêtards

  • Ne buvez pas si vous devez prendre le volant, ou en tout cas, le moins possible.
  • Si vous savez que vous allez boire, prévoyez un transport : transports en commun, taxi ou BOB.
  • Ne buvez pas d’alcool le ventre vide. Les hydrates de carbone, lipides et protéines d’un repas protègent l’estomac et ralentissent le passage de l’alcool dans le sang. 
  • Buvez un verre d’eau ou toute autre boisson non alcoolisée après chaque verre d’alcool. Vous resterez ainsi hydraté, ce qui réduira les risques de gueule de bois.
  • Buvez de préférence dans un verre plutôt qu’à la bouteille. Vous verrez mieux combien vous buvez et aurez automatiquement tendance à boire moins.
  • Ne vous laissez pas resservir, en tout cas pas tant que le verre n’est pas vide. Cela permet aussi de surveiller combien vous avez déjà bu.
  • Décidez à l’avance de votre consommation maximale et tenez-vous-y. Ou imposez-vous d’autres conditions, comme ne pas boire avant 18 heures ou après 22 heures, ne pas boire lorsque vous êtes seul etc.
  • Essayez de boire lentement. Votre corps métabolise environ une unité d’alcool toutes les heures et demie, tenez-en compte et ne forcez pas votre foie. On parle d’« alcoolisation massive » à partir de quatre (pour une femme) ou six (pour un homme) unités d’alcool en moins de deux heures, ce qui augmente le risque de dépendance et peut provoquer différentes maladies.
  • Apprenez à dire « non ». Expliquez que vous voulez réduire ou stopper votre consommation. Il n’est pas forcément nécessaire d’en expliquer la raison, mais vous pouvez toujours préparer une réponse standard : « Je ne suis pas trop dans mon assiette », « Je suis sous traitement » ou « Je voudrais être en forme demain ».
  • Évitez de combiner médicaments et alcool, les effets négatifs de l’un peuvent en effet renforcer ceux de l’autre. Vérifiez-les ici
  • N’acceptez jamais un verre d’un étranger et ne laissez jamais votre verre sans surveillance dans un endroit inconnu (nightclub, dancing etc.) : on pourrait y glisser une substance dangereuse en catimini.

Tout de même la gueule de bois ? On ne peut pas vraiment y remédier, si ce n’est attendre que ça passe. Vous pouvez toutefois la rendre un peu plus supportable.

  • Restez le plus longtemps possible couché si vous le pouvez. Déjeunez copieusement et buvez beaucoup d’eau. Évitez de faire des efforts et ne vous installez pas en plein soleil. Si vous avez besoin d’un antidouleur, proscrivez ceux avec de l’acide acétylsalicylique comme l’aspirine, ils risquent d’irriter votre estomac déjà mis à rude épreuve. Préférez le paracétamol. Il est préférable de ne pas prendre d’antidouleur du tout pour épargner votre foie. Après votre gueule de bois, tenez-vous éloigné de tout alcool pendant au moins deux jours. C’est le seul moyen pour permettre à votre corps de récupérer.

Lorsque vous recevez de la visite

  • Veillez à aussi avoir un choix de boissons non alcoolisées chez vous.
  • Servez toujours quelque chose à manger avec les boissons alcoolisées.
  • Si vous préparez des cocktails « maison », évitez de trop les corser.
  • Si certains invités sont pompettes, proposez-leur des boissons non alcoolisées. Soyez surtout attentif aux jeunes.
  • Vérifiez que vos invités sont bien en état de rentrer chez eux en toute sécurité. Sollicitez si nécessaire une personne sobre ou appelez un taxi si vous estimez qu’un conducteur a trop bu pour pouvoir prendre le volant.