Dossier

Voici l’effet de l’alcool sur notre santé: medicament-alcool-danger

03 février 2022
alcool-et-sante

Que se passe-t-il exactement dans notre corps lorsque nous buvons ? Combien de calories représente un verre ? Quand l’alcool devient-il problématique, voire même une dépendance ? Vous trouverez toutes les réponses dans ce dossier. Et si vous souhaitez diminuer votre consommation d’alcool après toutes ces informations, nous vous expliquons aussi comment faire.

Interaction avec des médicaments

 L’association de l’alcool avec certains médicaments peut s’avérer (terriblement) dangereuse, surtout si le consommateur n’est pas au courant des possibles effets. Mieux vaut donc vous abstenir de consommer de l’alcool si vous êtes sous traitement médicamenteux. Un ou deux verres de vin ou de bière ne prêtent pas forcément à conséquence pour la plupart des médicaments, mais en cas de consommation excessive, les interactions avec le traitement peuvent être bien plus sévères qu’en cas de consommation d’alcool modérée.

Plus concrètement, l’alcool et certains médicaments peuvent renforcer (c’est le cas des calmants ou somnifères, ce qui peut entraîner des troubles de la coordination, ralentir la capacité de réaction et provoquer une légère confusion), affaiblir ou contrecarrer (en cas de stimulant), ou encore neutraliser ou perturber leurs effets réciproques. De quoi provoquer une métabolisation trop rapide ou au contraire trop lente du médicament par le foie, avec un surdosage à la clé. Lisez toujours attentivement la notice et en cas de doute, demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

Vous trouverez un aperçu ci-dessous.

 
Anticoagulants : risques en cas de consommation excessive d’alcool
Les anticoagulants combattent la coagulation du sang et donc la formation de caillots. S’ils font bon ménage avec une consommation modérée d’alcool, il suffit de dépasser les bornes une seule fois pour que le risque soit bien réel. L’excès d’alcool peut en effet renforcer l’effet anticoagulant, augmentant par conséquent le risque d’hémorragies.
Citons parmi ces médicaments la warfarine (Marevan), le fenprocoumon (Marcoumar) et l’acenocoumarol (Sintrom). 
 
Antidouleurs et anti-inflammatoires : aucun effet

Les anti-inflammatoires comme le Voltaren, le Feldene, le Brufen et le Nurofen peuvent parfois provoquer des hémorragies stomacales et ulcères gastriques. Il en va de même pour l’acide acétylsalicylique (p. ex. Aspirine, Sedergine, Aspegic). Le risque d’interactions avec l’alcool reste limité tant que vous ne dépassez pas trois verres par jour.

Vous pouvez aussi profiter en toute sécurité d’un verre de vin lorsque vous prenez des antidouleurs à base de paracétamol. À condition, toutefois, que vous vous en teniez à la dose quotidienne maximale de 4 grammes de paracétamol (soit 8 tablettes de 500 mg), évidemment.

Remarquez que pour les personnes souffrant d’une maladie du foie et les alcooliques, une dose normale de paracétamol combinée à de l’alcool peut par contre s’avérer dangereuse, même en cas de consommation limitée d’alcool. 

 
Anti-dépresseurs : somnolence

Certains anti-dépresseurs peuvent provoquer de la somnolence et l’alcool peut encore renforcer cet effet. Cette somnolence favorisée par l’alcool concerne principalement les fameux anti-dépresseurs tricycliques. Citons entre autres l’amitriptyline (Redomex), l’imipramine (Tofranil), la clomipramine (Anafranil, la nortriptyline (Nortrilen).

S’il s’agit d’un ancien anti-dépresseur bien précis (inhibiteurs de la MAO), la substance active fenelzine (Nardelzine) combinée à de l’alcool peut provoquer une augmentation dangereuse de la tension artérielle. Pas tant par l’alcool en lui-même que par la substance tyramine, présente dans la bière, par exemple. Cette substance est aussi présente dans certains fromages. La consommation de vin est par contre autorisée, pour le moins avec modération, parce qu’il ne contient que très peu ou pas de tyramine.

 
Médicaments contre l’infection : effets secondaires désagréables
Contrairement aux idées reçues, vous pouvez sans souci boire un verre en étant sous antibiotique. Encore que cela dépende du type d’antibiotiques que vous prenez. Certains ne font pas bon ménage avec l’alcool. Cette information figure toujours dans la notice, vous pouvez aussi vous renseigner auprès de votre médecin traitant ou de votre pharmacien.
Un verre de vin ou une bière bien fraîche ne contrecarreront ou n’influenceront pas l’effet de la plupart des antibiotiques. Il n’en reste pas moins que votre foie devra métaboliser tant l’alcool que le médicament. Si vous buvez beaucoup en étant sous traitement, votre foie risque de ne pas apprécier cette surcharge.

Dans le cas de dérivés d’imidazole, des substances combattant les infections fongiques et parasitaires (comme le Flagyl, le Tiberal, le Fasigyn), l’alcool peut par contre provoquer des réactions désagréables : nausées, rougeurs au visage, sensations de chaleur, palpitations, engourdissements...
Des doses d’alcool plus élevées diminuent aussi l’efficacité de l’isoniazide (Nicotibine) et de la rifampicine (Rifadine), deux médicaments utilisés dans le traitement de la tuberculose. L’alcool peut par ailleurs rendre ces principes actifs toxiques pour le foie.
 
Médicaments contre l’allergie : somnolence

Les antihistaminiques soulagent les symptômes de l’allergie. Certains de ces médicaments, surtout les plus anciens, provoquent de la somnolence. Comme la diphénhydramine (Nustasium, R calm) et l’alimémazine (Theralene). L’alcool peut renforcer cet effet.

Les antihistaminiques plus récents, comme la loratadine (nom de marque Claritine), la fexofénadine (Telfast) et la cétirizine (Zyrtec), risquent moins de provoquer ces effets secondaires.

 
Médicaments contre la toux : somnolence
Beaucoup de remèdes contre la toux sèche contiennent des substances qui répriment le réflex de la toux (comme la codéine, le dextrométorphane). Ces substances peuvent aussi provoquer de la somnolence à des degrés variés. L’alcool peut encore renforcer cet effet. Ce qui ne prête pas à conséquence si vous êtes en sécurité à la maison, mais à éviter absolument si vous devez ensuite prendre le volant.