L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

La maladie d'Alzheimer: L'aide à domicile

11 février 2019
Alzheimer

Comment aider une personne souffrant d’Alzheimer ? Quels sont les petits gestes à adopter au quotidien par les aidants familiaux pour aider un malade ?

L'aide à domicile

La démence peut constituer un lourd fardeau tant pour le malade que pour ses proches et les prestataires de soin. Plus la maladie progresse, moins les personnes sont capables de s’occuper d’elles-mêmes et plus elles perdent leur autonomie. La maladie d’Alzheimer exige des efforts au long cours. Et les proches ont également besoin de soutien.

Les aidants proches doivent pouvoir parler de la maladie et bénéficier de l’expérience d’autres aidants proches confrontés aux mêmes difficultés. Pour ce faire, plusieurs associations d’aide à l’Alzheimer existent. Il ne faut surtout pas sous-estimer l’aide au malade et tout l’effort que cela entraîne. Quand on interroge des aidants proches, il leur arrive de regretter de ne pas avoir sollicité toutes les aides existantes plus tôt. En parler et se faire aider à domicile peut éviter de s’épuiser et éventuellement retarder le moment où un placement en institution semble la seule solution possible.

Aider une personne atteinte d’Alzheimer, c’est notamment changer sa façon de communiquer avec elle et mettre en place une série de « tactiques » pour contrer les déficits et les changements de comportements liés à la maladie.

  • Parlez lentement en vous limitant à une seule idée à la fois et attendez sa réponse avant de poursuivre. 
  • Ne perdez pas votre calme face aux répétitions de question, aux erreurs, aux changements de comportement…
  • Apportez votre aide. Elle oublie tout ? Organisez des pense-bêtes reprenant la liste des activités, les numéros de téléphone importants, les instructions pour l’utilisation des appareils de la vie courante (téléphone, micro-ondes…). Usez et abusez des post-its sur les produits (shampoing, détergent vaisselle… ) pour l’aider à les différencier, etc.
  • Etablissez des routines et ne les changez plus. Préférez des activités calmes le soir pour éviter les problèmes de comportement, plus aigus la nuit. Evitez de l’emmener dans des endroits nouveaux ou surpeuplés.
  • Préservez son cadre de vie. Evitez tout changement important dans l’environnement familial. Le malade a besoin de stabilité dans son environnement pour garder ses repères et calmer ses angoisses. 
  • Sécurisez le logement. Fermez la pharmacie à clé, dégagez les passages pour éviter les chutes, retirez les tapis, installez des barres de soutien dans la salle de bains, etc. Et quand il y a risque de fugue, fermez les portes extérieures et prévoyez une carte d’identification avec son nom et ses coordonnées qu’elle doit toujours porter sur elle.
  • Rassurez-la. Evitez les situations stressantes, les nouveautés. Organisez des moments privilégiés avec elle. Les problèmes de mémoire insécurisent les personnes qui en souffrent et les difficultés de tenir une conversation sur les événements récents et le présent accentuent cette insécurité. Les malades se réfugient plus volontiers dans les souvenirs qui ne s’effacent pas, ceux du passé. Une idée pour susciter une conversation : des photos anciennes, des objets ou des chansons qu’ils reconnaissent encore.
  • Encouragez une certaine activité physique. Une promenade quotidienne peut aider à prévenir le déclin physique et améliorer les problèmes comportementaux.
  • Communiquez autrement. A un stade avancé de la maladie, les possibilités de contact se font plutôt par le toucher : quand on leur donne à manger, qu’on les aide pour s’asseoir ou s’installer plus confortablement… Certains contacts physiques sont à privilégier tels que caresser la main, poser la main sur le bras.

Et ne vous dites pas que de toute façon, rendre visite au malade ne sert à rien, car de toute façon, il ne se souviendra plus de vous ou oubliera votre visite dès votre départ. C’est peut-être vrai, mais vous lui aurez permis de passer quelques moments agréables, d’être heureux avec vous.