L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

La maladie d'Alzheimer: Les signaux d’alerte

11 février 2019
Alzheimer

Quels sont les signes précurseurs de la maladie d’Alzheimer ? Quels autres symptômes se présentent à un stade plus avancé ?

Les signaux d’alerte

Les symptômes au tout début de la maladie d’Alzheimer sont en général assez légers, il s’agit de signes précoces plutôt subtils qui évoluent avec le temps: des difficultés à se souvenir d’événements récents, à retenir de nouvelles informations, une tendance à reposer plusieurs fois la même question, etc. Mais d’autres symptômes de la démence d’Alzheimer sont possibles et peuvent se cumuler :

  • De la confusion.
  • Des difficultés de langage : ne plus trouver le bon mot pour désigner les choses.
  • Des difficultés à se concentrer et à tenir un raisonnement.
  • Des problèmes à l’exécution de tâches un peu plus complexes comme payer une facture ou équilibrer son compte.
  • Se sentir perdu dans un endroit pourtant familier.
  • Des troubles du comportement : agitation, agressivité, apathie, désinhibition.
  • Des hallucinations.
  • Des troubles du sommeil.
  • Une dépression: elle peut précéder la démence ou s’installer quand le diagnostic est déjà posé.

Ces symptômes de la maladie d’Alzheimer sont très variables d’une personne à l’autre, mais ont pour point commun de s’aggraver avec le temps.

Le stade débutant

Les signes de la maladie d’Alzheimer deviennent plus manifestes.

  • Signes d’aphasie : les patients souffrent souvent d’aphasie, une difficulté à décrire ce qu’ils voient ou entendent. A ce stade de la maladie, certains sont toujours capables de faire des phrases complètes, mais ils le font de plus en plus lentement et avec le temps, ils finissent par ne plus utiliser que des successions de mots de plus en plus difficilement compréhensibles. 
  • Confabulation : un deuxième signe d’Alzheimer au stade débutant est la confabulation. La personne se crée de faux souvenirs: soit il s’agit d’événements qui ne se sont jamais produits, soit d’événements qui se sont produits récemment, mais qu’elle situe à une autre époque.
  • Apathie : l’apathie est un autre signe d’évolution de l’Alzheimer. Elle ne concerne toutefois que certaines personnes. Les patients deviennent alors passifs, irritables, ont de moins en moins de relations sociales, ce qui explique que l’on confonde parfois ces premiers signes de maladie avec ceux d’une dépression.
  • Altération de la mémoire : quant à la mémoire, elle est altérée de manière variable. La mémoire des événements récents se dégrade alors que – du moins dans un premier temps - la mémoire immédiate est préservée, tout comme la mémoire à long terme et les souvenirs de longue date.

Le stade avancé

Le signe clé pour un Alzheimer dans sa phase avancée est l’accélération de la perte de repères.

  • Perte de repères dans l’espace : la personne, plus distraite et dont la mémoire se dégrade, commence à se perdre sur des trajets qu’elle connaît pourtant bien, ou se met à errer dans les rues.
  • Perte de repères dans le temps : la personne ne se souvient plus du jour, de l’année ou de la saison, elle ne sait plus si l’on est le matin ou le soir, elle confond le jour et la nuit, ce qui conduit à de gros troubles du sommeil, ce qui peut être très difficile à gérer pour le conjoint.

Le risque de chute est un signe supplémentaire du stade avancé de la maladie d’Alzheimer. L’origine de ce problème provient de la perte de coordination de mouvements complexes. En parallèle, la dégradation de la mémoire s’étend au point que – quand la personne se trouve dans un stade de démence sévère – elle ne reconnait plus ses proches ou les confond.

Les délires de persécution sont aussi fréquents au stade avancé de la maladie et sont très pénibles à vivre tant pour le patient que pour ses proches. La personne peut avoir l’impression que sa maison est envahie par des étrangers, que des objets ont été égarés ou volés, que les membres de la famille ont été remplacés par des imposteurs ou que leur conjoint a été infidèle.

Certains – les études estiment que cela concerne de 15 à 25 % des personnes atteintes de démence – peuvent avoir un comportement sexuel inapproprié (désinhibition). Difficulté supplémentaire, c’est également le stade de l’incontinence en raison de la dégradation de la gestion des sphincters qui multiplie les fuites d’urine.

Au plus vite, au mieux

Dès que les premiers symptômes apparaissent, mieux vaut ne pas perdre de temps. La maladie d’Alzheimer est une pathologie lourde pour le malade et tous ses proches. Plus le diagnostic est posé de manière précoce, plus il sera possible d’établir la façon dont la maladie sera gérée en faisant collaborer le patient lui-même, ses proches et les prestataires de soins concernés.

L’objectif : la prise en charge la plus rapide possible des symptômes de manière à limiter au maximum leur impact sur la qualité de vie de l’ensemble des personnes concernées.