L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Nos trucs et astuces pour concrétiser vos bonnes résolutions

24 décembre 2020
Bonnes résolutions : nos astuces pour les concrétiser

Arrêter de fumer, bouger plus, se consacrer davantage de temps, manger sainement, moins grignoter... Peut-être avez-vous l'intention, à l'occasion de la nouvelle année, de changer drastiquement quelque chose dans votre vie. En toute honnêteté, beaucoup de bonnes résolutions ne font pas long feu. Mais voici comment changer la donne.

Une bonne préparation

Pas mal de bonnes résolutions sont prises à la table des fêtes, parfois après avoir bu quelques verres de vin ou de champagne. Or, si vous voulez vraiment tenir vos bonnes résolutions, mieux vaut y réfléchir sérieusement et à l’avance. Arriverez-vous à les tenir ? La question dépend largement de leur mise en pratique. Assurez-vous donc de vous poser ces 7 questions, cruciales, bien à l’avance :

Vos motivations sont-elles bonnes ?
Pourquoi voulez-vous faire de votre bonne résolution une réalité ? Quelle est votre motivation personnelle ? Il est important de savoir que les motivations comme une pression extérieure (de votre médecin, de votre partenaire...) ou un sentiment de culpabilité ou de honte ne fonctionnent généralement pas très bien. On parle, dans ces cas-là, de motivation sous contrôle. Si elle peut généralement vous motiver à commencer, l’effet d’une telle motivation est plutôt de courte durée. Quand la pression s’éloigne, beaucoup de gens retombent dans leurs vieilles habitudes. Pour augmenter vos chances de changer durablement un comportement, il est donc important que la décision de changer vienne de vous (motivation autonome). Vous devez vous-même trouver le comportement suffisamment significatif et important. Convainquez-vous en écrivant tous les avantages de vos bonnes résolutions sur une feuille. Et gardez cette feuille à portée de main pour surmonter les moments difficiles (« pourquoi encore est-ce que je fais ça? »). Pensez aussi à ce qui vous en empêche. Est-ce vraiment un obstacle infranchissable ou essayez-vous de vous en persuader ? Parlez-en éventuellement avec quelqu’un.
Qu’allez-vous faire exactement ?
Fixez-vous des objectifs comportementaux concrets pour pouvoir tenir vos résolutions. Si vous voulez faire plus d’exercice cette année, vous pouvez, par exemple, planifier de faire du vélo pendant une demi-heure trois fois par semaine. Il est essentiel de rendre l'objectif aussi concret que possible. De cette façon, vous savez exactement ce que vous avez à faire et vous pouvez facilement suivre vos progrès vous-même. Soyez réaliste cependant et ne placez pas la barre trop haut au début. Si vous avez rarement fait du sport, il est peu logique de se fixer comme premier objectif de courir un marathon dans un mois. Les objectifs que vous ne pouvez pas atteindre sapent votre confiance en vous, ce qui vous rendra rapidement enclin à abandonner complètement vos bonnes résolutions. Mieux vaut donc diviser un objectif difficile en objectifs plus modestes et réalisables. De telles réalisations intermédiaires vous donnent également la confiance et le courage nécessaires pour continuer. Cependant, ne placez pas la barre trop bas non plus. Il est important qu’il y ait un peu de défi à relever.
Où et quand allez-vous vous y mettre ?
Vous décidez de vous limiter à 10 cigarettes par jour avant d’arrêter pour de bon le tabac mais, à la fin d’une journée de travail bien remplie, vous êtes déçu de constater que votre paquet est vide. Nombreux sont ceux qui se reconnaîtront dans cette situation. Pour éviter cela, il est important de fixer dès le départ vos intentions de mise en œuvre. Concrètement, vous déciderez à l’avance quand et où vous réaliserez votre objectif. Par exemple, pour le tabac, cela pourrait ressembler à ceci : je ne sors fumer une cigarette qu'aux heures planifiées (à 8h, 9h30, 11h, 12h30, 14h...). Si vous voulez faire plus d’exercice, fixez-vous des journées qui y seront dédiées : quand je me lèverai les mercredi, jeudi et samedi matin, j’irai faire un jogging d'une demi-heure. Prévoyez-vous des rappels au début. Comme programmer une alarme dans votre GSM ou accrocher des post-it ci et là.
À quelles difficultés devez-vous vous attendre ?

Il y a de fortes chances que vous éprouviez des moments difficiles lors de ce parcours. Que faire si vous êtes trop fatigué pour aller courir ? Ou si ces bonbons dans le magasin vous ont soudain semblé tellement irrésistibles ? Mieux vaut anticiper au début de votre parcours les écueils que vous rencontrez et, surtout, comment y faire face. Là encore, la méthodologie « Si..., - alors... » s’avère utile. Par exemple :

  • Si je suis trop fatigué pour faire du vélo, j’écouterai d’abord de la musique pour me mettre en forme
  • Si je suis trop nerveux pour méditer assis, j’essayerai d’y parvenir en marchant
  • Si, après 10 minutes, j’ai encore envie de grignoter, je m’y autorise, mais en savourant chaque bouchée et en prenant mon temps.

Une fois encore, essayez de rendre les solutions envisagées aussi concrètes que possible et visualisez-les dès que vous en avez l’occasion. Si vous ne trouvez pas de solution à un obstacle particulier, mieux vaut peut-être ajuster votre objectif et en choisir un plus réaliste.

 
Comment rendre le comportement désiré le plus agréable possible ?
Si vous ne pouvez pas rendre le comportement « amusant », vous pouvez toujours le rendre moins « pesant », de sorte qu’il vous en coûte (un peu) moins de volonté pour vous motiver à le faire. Si vous voulez manger plus sainement, par exemple, vous pouvez rendre la préparation des aliments moins « pesante » en optant pour des recettes simples et rapides. Peut-être aussi prévoir un environnement plus agréable (nappe, bougies...) pour vos repas. Cela demandera instantanément moins d’efforts.
Avez-vous pensé à prévoir une petite récompense ?
Un vieux « truc » pour maintenir sa motivation est de se récompenser lorsqu'on parvient à atteindre ses objectifs. Avec une gourmandise, un petit cadeau ou une activité amusante. Rappelez-vous qu'une récompense peut parfois produire l’effet inverse. Les mesures que vous prenez pour atteindre votre objectif seront alors ressenties comme une corvée par laquelle il faut passer pour obtenir votre récompense. Ce qui pourrait mettre votre motivation en danger. Essayez par conséquent de les utiliser uniquement dans la phase initiale, comme un coup de pouce pour vous guider sur la bonne voie.
Déterminé à tenir le coup ?

Le changement de comportement procède par erreurs et essais. Il est important d’avoir conscience que tout n’ira peut-être pas comme sur des roulettes et que vous ne pourrez pas réussir à atteindre vos objectifs du premier coup. Ne soyez donc pas déçu si cela ne fonctionne pas tout de suite. Il n’en reste pas moins que l’important est de vous ressaisir dès que possible en cas de 'faux pas'. Essayez d’en tirer les leçons pour mieux repérer les pièges à l’avenir. Réfléchissez également à comment mieux vous en prémunir.

Ne perdez pas non plus de vue qu’un changement de comportement prend du temps. Comptez au moins quelques mois avant de commencer à vraiment ressentir le nouveau comportement comme une habitude. D’ici là, il est important de continuer à vous motiver et de ne pas jeter l’éponge. La persévérance paie toujours.

 

Et vous, quelles sont vos bonnes résolutions pour cette année ? Nous avons développé un plan, étape par étape, pour vous aider à concrétiser certaines bonnes résolutions qui peuvent avoir un réel impact positif sur votre santé.

 
User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

Commentaires

Soyez le premier à commenter