Dossier

Voyage : partez informé

11 septembre 2018
Vacancière et valise

11 septembre 2018

Un voyageur averti en vaut deux ! Pour vous éviter les anicroches, nous avons dressé une liste des dernières vérifications auxquelles procéder avant de partir. Et si la malchance devait s’en mêler, nous vous donnons les infos essentielles qui vous permettront de réagir et de faire respecter vos droits en cas de pépin.

Votre tour-opérateur fait faillite

Le tour-opérateur avec lequel vous êtes parti en voyage fait faillite et vous vous faites parfois du souci.
L’hôtelier continuera-t-il à vous offrir ce à quoi vous avez droit ? Ne risque-t-il pas de vous demander de l’argent (et donc de vous faire payer une deuxième fois) s’il n’est pas indemnisé par le tour-opérateur failli ?

Vous n’avez rien à craindre si vous avez réservé auprès d'une agence de voyage ("détaillant") ou d'un tour-opérateur ("organisateur") en règle. La loi belge les oblige en effet à contracter une assurance "contre l’insolvabilité" auprès d’un fonds de garantie ou d’une compagnie d’assurance et à indiquer clairement le nom et les coordonnées de l’organisme assureur en question sur le bon de commande et le contrat de voyage.

Vous savez ainsi qui les assure contre l’insolvabilité. Les deux grands tour-opérateurs du pays – TUI et Thomas Cook/ Neckermann – sont affiliés auprès du Fonds de garantie voyages, qui vous protège lorsque la faillite intervient pendant votre voyage :

  • en payant les fournisseurs (hôtelier, compagnie aérienne,…) pour que vous puissiez poursuivre vos vacances;
  • en vous rapatriant si nécessaire (éventuellement en prolongeant le séjour si vous ne pouvez repartir immédiatement).

Le Fonds de garantie prend également en charge les frais de communication que vous avez encourus pour le joindre de l’étranger.

Consultez le site web de l’organisme assureur en question pour savoir si une agence de voyage ou un tour-opérateur déterminé est assuré contre l’insolvabilité.